Les polices de caractères de Wes Anderson

by

Peu de réalisateurs ont un style aussi immédiatement reconnaissable que Wes Anderson. Il suffit d’un plan très symétrique, d’un mouvement de caméra particulier ou d’une certaine palette de couleurs, et vous criez instinctivement : c’est Wes Anderson !

Mais il y a une autre raison pour laquelle le réalisateur américain, qui tourne des films depuis maintenant plus de vingt ans, est devenu si célèbre : comme les livres que nous lisons quand nous sommes enfants, Wes Anderson a une incroyable capacité à nous transporter dans des mondes imaginaires si crédibles et cohérents qu’ils semblent réels. Qu’il s’agisse de pays imaginaires entiers, de bateaux excentriques ou de villes rétrofuturistes, chaque détail est toujours étudié minutieusement, des vêtements aux objets quotidiens. Et bien sûr, cela inclut aussi les polices de caractères.

Nous avons donc décidé aujourd’hui de dédier cet article sur les polices de caractères et le cinéma à Wes Anderson et les faits intéressants liés à la typographie que nous avons découverts dans ses meilleurs films !

La Famille Tenenbaum (The Royal Tenenbaums)

La Famille Tenenbaum, sorti en 2001, est le film qui a fait connaître Wes Anderson. Dans sa représentation d’une famille dysfonctionnelle, il intègre tous les éléments qui composent le style caractéristique du réalisateur texan : des images fortes, une incroyable concentration sur le cadrage de chaque plan, la symétrie et les zooms en cascade et, bien sûr, une police de caractères particulière. Wes Anderson a une passion avouée pour Futura : il l’a utilisé dans presque tous ses films, longs et courts métrages.

Cependant, dans La Famille Tenenbaum, sa passion pour Futura devient presque une obsession. On le voit dans le titre (en Futura Bold), dans les écrans d’introduction des chapitres et dans le générique de fin, mais aussi dans pratiquement tous les écrits captés par la caméra : les bus de la Ligne verte, les panneaux du musée, les affiches et les couvertures de livres.

Futura, d’ailleurs, est l’une des polices de caractères les plus appréciées au monde. C’est une police moderne, fonctionnelle et très géométrique, inspirée des éléments visuels du Bauhaus, bien qu’elle ne soit pas directement associée à l’école. Elle a été conçue par l’Allemand Paul Renner en 1927, initialement pour être utilisée pour Neues Frankfurt (ou Nouveau Francfort), un projet architectural moderniste pour la ville allemande à la fin des années 1930. À partir de ce moment, elle a connu une ascension inexorable vers la gloire, et elle a même atteint la lune : on la retrouve sur la plaque laissée derrière pour célébrer l’alunissage de 1969.

Les lecteurs italiens reconnaîtront la police de caractères du logo du radiodiffuseur national RAI et de la signalisation utilisée par la société nationale des chemins de fer.

Moonrise Kingdom

Les grands réalisateurs savent aussi quand il faut passer à autre chose et comment le faire bien. Ainsi, pour son septième long métrage, Moonrise Kingdom, sorti en 2012, Wes Anderson a abandonné Futura, la police de caractères à laquelle il était resté fidèle jusqu’alors. Pour les titres de cette merveilleuse histoire d’amour d’adolescent – qui, selon Anderson, était son propre fantasme à cet âge – le réalisateur s’est plutôt tourné vers la lettreuse Jessica Hische.

L’artiste a été particulièrement inspiré par le lettrage d’un vieux film français de la Nouvelle Vague, La Femme Infidèle, sorti en 1969 et réalisé par Claude Chabrol. La référence a été suggérée par Wes Anderson lui-même, mais il fallait encore donner à la police la bonne dose de l’Amérique des années 1960, pour qu’elle soit plus adaptée à l’imagerie d’une province américaine tranquille représentée dans le film. Le réalisateur méticuleux a rejeté plusieurs tentatives initiales, mais a finalement opté pour une police de caractères élégante, douce et ingénieuse qui est devenue un élément distinctif du film, utilisée de manière ludique dans un éventail de couleurs vives dans les génériques.

Le résultat final est incroyable, d’autant plus que c’était la première incursion du lettrage dans la conception de polices pour le cinéma (vous pouvez lire une longue interview à ce sujet  ici). En 2014, la police de caractères a été commercialisée par Hirsche et Font Bureau, sous le nom de Tilda.

The Grand Budapest Hotel

Wes Anderson a un talent unique : il parvient à recréer de petits mondes qui se situent quelque part entre le conte de fées et son imagerie vintage personnelle au cinéma, et il le fait parfaitement à chaque fois. Après nous avoir plongés dans des environnements domestiques et nous avoir emmenés à bord d’un bateau avec son équipage complet, dans The Grand Budapest Hotel, présenté à la Berlinale 2014, le réalisateur nous a offert un pays entier pour notre plus grand plaisir.

Comme toute nation qui se respecte, la République imaginaire de Zubrowka a sa propre histoire, ses propres uniformes et un drapeau, mais aussi des billets de banque, des timbres, des porte-clés, des journaux, des livres, des paquets de bonbons, des passeports et des menus, tous avec leurs propres polices de caractères. Cela fait du film une joie à voir pour les fans d’un certain type de typographie.

La lourde tâche de créer ce monde fantastique a été confiée à la graphiste Annie Atkins, qui  s’est largement inspirée des polices de caractères en vogue en Europe de l’Est dans les années 1930, par exemple, l’enseigne du « The Grand Budapest Hotel » est une reproduction d’une enseigne originale en métal du Caire des années 1930. Plus complexe encore, cependant, était la création des différents journaux imprimés dans la république imaginaire, avec des articles écrits individuellement par Anderson lui-même.

Dans ce film, Anderson a une fois de plus évité Futura, choisissant plutôt la police de caractères Archer pour le générique des acteurs. Archer a été conçue en 2001 pour le magazine américain consacré au style de vie et au divertissement Martha Stewart Living, avant d’être rendu public en 2008.

L’île aux chiens (Isle of Dogs)

Sorti en 2018, L’île aux chiens est le deuxième film d’animation de Wes Anderson, tourné en stop motion (pour plus d’informations sur ce film et d’autres techniques d’animation, voir  cet article de blog). Se déroulant au Japon, le long métrage décrit un avenir dystopique dans lequel tous les chiens de la ville de Megasaki sont confinés sur une île en raison d’une nouvelle grippe canine.

Encore une fois, Wes Anderson nous plonge dans une imagerie inhabituelle : La ville de Megasaki a un aspect rétrofuturiste et est, bien sûr, très, très japonaise. Le lettrage et la typographie utilisés dans le film ont été conçus par Erica Dorn, une designer et illustratrice basée à Londres mais née et grandi au Japon, et qui travaillait pour le cinéma pour la première fois.

Image:  Erica Dorn

Une fois de plus, la designer a dû créer plus d’un millier de nouveaux objets , dont des affiches, des panneaux, des canettes de bière, des cartons de lait et des badges personnalisés pour les chiens. Mais le lettrage utilisé pour les titres est particulièrement intéressant – un mélange de caractères occidentaux et japonais dessiné à la main.  Comme Erica Dorn l’a elle-même expliqué, il aurait été difficile de trouver une police de caractères appropriée : il y a certainement beaucoup moins de polices de caractères qui comprennent les 2 000 caractères japonais que de polices occidentales. La police occidentale dans les titres, quant à elle, reste constante, presque comme un acolyte des visuels japonais forts. Après avoir évalué différentes options, il a été décidé à la dernière minute de les concevoir également à la main.

Alors, dans quelle mesure le choix de polices de caractères dans les films de Wes Anderson est-il important ? Réponse : beaucoup. Wes Anderson est un réalisateur méticuleux qui crée une culture visuelle profonde et qui est extrêmement attentif aux détails. Il est bien conscient que la crédibilité de son imagerie dépend aussi du choix de la bonne police de caractères : pour cette raison, chaque police que nous voyons à l’écran est le fruit d’une recherche laborieuse et de nombreuses alternatives rejetées. Et à quel point aime-t-il la police Futura ? Cela va sans dire : sans condition !

Pour conclure, nous aimerions partager avec vous un petit bijou que nous avons trouvé par hasard : une courte vidéo très bien réalisée qui célèbre la passion de Wes Anderson pour les polices de caractères.

You may also like