Les polices de caractères utilisées par Quentin Tarantino

by

Clin d’œil à d’autres films, pot-pourri de genres, mêmes obsessions récurrentes et bizarreries : les caractéristiques de Quentin Tarantino se retrouvent aussi dans les lettres utilisées dans le générique de ses films. Combien d’autres réalisateurs pourraient utiliser quatre polices de caractères différentes en quelques secondes, comme dans Kill Bill ? Ensuite, il y a les hommages au lettrage western spaghetti, l’emprunt des polices de caractères des films de série B des années 60 et quelques polices de caractères qui figurent dans pratiquement tous les films.

Même en ce qui concerne la typographie, le maître du cinéma américain ne nous ennuie jamais. Nous avons rassemblé une sélection des polices les plus emblématiques utilisées dans les films de Tarantino.

Reservoir Dogs

Reservoir Dogs — Le premier film de Quentin Tarantino — a été réalisé avec un  budget modique, si réduit que certains acteurs ont dû utiliser leurs propres vêtements et voitures à l’écran. C’est peut-être aussi ce qui confère au film un aspect particulier, quelque part entre une version auto-produite et un vieux film de flic, ce qui ressort immédiatement du générique d’ouverture.

Image :  http://annyas.com/

Les personnages sont introduits dans le désormais célèbre plan ralenti, les noms des acteurs apparaissant à l’écran en dessous de chacun d’eux : la police utilisée est une police à empattements dans une teinte jaune moutarde, une couleur qui allait devenir le symbole de presque tous les films de Tarantino. Le titre du film utilise la police classique Garamond, une autre police à empattements – créée en France au XVIe siècle et actualisée à plusieurs reprises depuis. C’est l’une des polices de caractères qui battent tous les records et dont nous avons parlé ici.

Tandis que le générique défile tranquillement, la bande sonore suggère que quelque chose ne va pas : la musique s’estompe et, en arrière-plan, on commence à entendre d’étranges gémissements. Vous souvenez-vous qui a de graves ennuis ?

Pulp Fiction

Le plus célèbre des films de Quentin TarantinoPulp Fiction — a marqué le début d’une étroite collaboration entre le réalisateur et Pacific Title, une société hollywoodienne spécialisée dans les titres de films depuis l’époque du muet. Pacific Title puis son concepteur, Jay Johnson, ont créé les titres de tous les films ultérieurs de Tarantino.

Image :  http://annyas.com/

Après nous avoir donné la définition de  » pulp «  de l’American Heritage Dictionary dans un classique Times New Roman, la scène d’ouverture commence, qui nous donne un avant-goût de ce qui nous attend dans les deux prochaines heures : dialogue magistral, violence stylisée et clin d’œil au cinéma des années 70.

Le générique est en  ITC Busorama, une police sans serif conçue par Tom Carnase en  1970 qui allie l’art déco à un style Beatnik. Puis, d’en bas, le titre du film, devenu emblématique, apparaît dans une police de caractères puissante : Aachen Bold , créée en 1969. Ensuite, les noms des acteurs sont superposés dans une police de caractères qui est très probablement ITC Benguiat avec des lettres initiales modifiées. Cette police à empattements a été créée en 1977 par le maître de la conception de polices Ed Benguiat et a également été utilisée pour le logo d’une série télévisée récente. Pouvez-vous deviner laquelle?

Quelqu’un change de station de radio et… on se retrouve dans une Chevrolet avec John Travolta et Samuel L. Jackson.

Jackie Brown

Les films de Quentin Tarantino sont truffés de clins d’œil à d’autres films: cinéma underground, films policiers italiens et films de série B. Dans Jackie Brown – le troisième film du réalisateur et probablement le moins connu – tout, même le lettrage du titre, est un grand hommage à la blaxploitation. La blaxploitation a vu le jour aux États-Unis dans les années 70 et peut se résumer plus ou moins comme suit : funk, soul, petit budget et un public afro-américain.

Image :  http://annyas.com/

Le titre du film accentue les caractéristiques funky de l’ITC Tiffany, une autre police créée par Ed Benguiat en 1974. La principale influence est l’affiche de Foxy Brown, le film de 1974 sur la blaxploitation, avec le même acteur principal : Pam Grier. Même la police de caractères utilisée pour le logo de Foxy Brown a été créée par le prolifique Ed Benguiat : Benguiat Caslon. Ce n’est guère surprenant : Ed Benguiat, qui est toujours en pleine forme aujourd’hui à l’âge de 93 ans, est un concepteur de caractères extrêmement influent qui a créé plus de 600 polices de caractères, dont beaucoup pour le cinéma.

Inglourious Basterds

Nous avons vu combien l’utilisation des polices de caractères dans le générique de Quentin Tarantino reflète souvent son style cinématographique. Et s’il y a bien une chose que Tarantino aime, c’est apparaître dans ses propres films. Ses camaïeux sont nombreux : dans Pulp Fiction, il se retrouve chez lui avec John Travolta, Samuel L. Jackson et un cadavre, tandis que dans Reservoir Dogs, il fait partie du gang derrière le cambriolage.

Image :  http://annyas.com/

En quelque sorte, il y a même une apparition de Tarantino dans le titre principal d’Inglourious Basterds, le sixième film du réalisateur, car il est écrit de sa propre main : l’image a été prise de la page de couverture du scénario final achevé en juillet 2008.

The Hateful Eight

Les deux westerns de Quentin Tarantino lui ont offert une occasion en or de revisiter le genre western spaghetti, y compris leur typographie.

Image :  http://annyas.com/

La police utilisée pour le titre de The Hateful Eight — huitième long métrage de Tarantino – a été  conçue par Jay Johnson et s’inspire de centaines de westerns spaghetti. En particulier, le lettrage quasi ludique du titre rappelle les créations d’Iginio Lardani, le « Sergio Leone » de la conception des titres, qui a créé certains des titres les plus célèbres du genre. Le générique des acteurs, en ITC Bookman couleur moutarde, nous rappelle – au cas où nous l’aurions oublié – que nous sommes en train de regarder un film de Tarantino.

Once Upon a Time in Hollywood

Le  dernier film de Quentin Tarantino est une sorte de conte de fées hollywoodien, un mélange d’hommage et de nostalgie : il y a des costumes d’époque, des voitures et des affiches et, bien sûr, du lettrage vintage.

Image :  http://annyas.com/

L’un des vrais joyaux du film – pour les fans comme nous – est sans aucun doute la scène dans laquelle les signaux lumineux d’Hollywood  s’allument l’un après l’autre. Une séquence qui nous offre 30 secondes d’immersion totale dans le monde graphique des années 60.

Mais parlons du générique d’ouverture.  Once Upon a Time in Hollywood commence et nous nous sentons chez nous lorsque nous voyons les polices de caractères de la signature du réalisateur :  ITC Bookman et ITC Busorama, en couleur moutarde, bien sûr. Cependant, le titre du film n’apparaît que dans le générique de fin, presque comme s’il s’agissait d’une signature à la fin de cette fable moderne.

You may also like