#Printstories – Manuela Lopez et son album illustré de sirènes

by

Un défi peut-il conduire à l’inspiration ?

Certaines idées, qui ne sont souvent que des concepts très vagues, n’attendent que d’émerger des recoins les plus sombres de notre esprit pour se retrouver sous les projecteurs de la création. Ce sont des forces qui nagent dans des eaux sombres, cachées entre les vagues ondulantes, qui apparaissent un instant puis coulent d’un coup, tout juste hors de portée.

Souvent, le talent, la créativité et l’énergie sont cachés juste sous la surface, prêts à émerger chaque fois que nous devons sortir de notre zone de confort. Ce n’est qu’en repoussant nos limites et en testant nos compétences que nous pouvons découvrir jusqu’où nous pouvons aller. Si nous voulons vraiment nous mettre à l’épreuve, nous devons être prêts à accepter les défis.

C’est dans cet esprit que  Manuela Lopez, surtout pour le plaisir, a décidé de participer à un défi d’un mois pour les illustrateurs dont le titre est étrange : « Mermay ». Pendant tout le mois de mai, Manuela a dessiné une sirène à la main tous les jours, en créant une série de personnages différents et en suivant une nouvelle étincelle d’inspiration à chaque nouvelle aube.

En tant qu’illustratrice, son âme était désireuse de plonger dans des mers inexplorées, de trouver des personnages uniques et de dépeindre des créatures mystérieuses. Et les sirènes qu’elle a créées, des êtres mythologiques à double nature, sont les vedettes du livre illustré qu’elle a imprimé avec Pixartprinting, que ses fans ont acheté et apprécié.

Est-ce que ce sont les sirènes qui ont attiré Manuela avec leur irrésistible chant ? Certains désirs et certaines idées n’attendent que de faire surface. Et parfois, un appel lointain ou le bon défi est tout ce dont nous avons besoin…

Plongez !

Qui êtes-vous ? Parlez-nous un peu de vous et de ce que vous faites. Vos rêves, vos aspirations et vos talents. Un portrait court mais fidèle !

Salut ! Je suis Manuela López, vous pouvez me trouver sur les médias sociaux sous le nom de « M ». Je suis illustratrice de livres pour enfants, mais vous pouvez aussi trouver mes illustrations dans des manuels scolaires, des bandes dessinées et même des puzzles. J’ai également créé des dessins de personnages et d’arrière-plans dans le monde de l’animation. Je suis née et j’habite toujours près de Barcelone (Espagne), et durant mon temps libre, j’aime tester des matériaux traditionnels tels que l’aquarelle et les crayons de couleur.

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que vous avez produit à l’aide de nos machines à imprimer ?

J’ai créé un petit artbook ou fanzine avec Pixartprinting, un livre de 48 pages avec une reliure agrafée – bien qu’au fil des ans, j’ai aussi créé des cartes postales, des cartes de visite, des imprimés, des autocollants… toutes sortes de matériel d’autopromotion, ce qui est crucial pour le travail d’un illustrateur.

Revenons au tout début. D’où vient l’idée de ce projet ? Y a-t-il une histoire particulière derrière ce projet ?

Tout a commencé avec un défi sur les médias sociaux appelé #Mermay, qui consistait à dessiner une sirène par jour pendant le mois de mai. J’adore m’inscrire à ce genre de défis lorsque j’ai le temps – c’est quelque chose qui me permet d’expérimenter et de créer une série d’illustrations connectées, tout en me poussant à être créative au quotidien. J’aime travailler avec des matériaux traditionnels, c’est pourquoi, au bout d’un mois, j’ai réussi à créer une collection d’aquarelles originales de sirènes. Au cours du mois de mai 2017, j’ai dessiné une sirène par jour à l’aquarelle et à l’encre, et ces dessins originaux ont trouvé de nouveaux foyers. En 2018, j’ai pu participer à la moitié du défi, et ces sirènes ont également trouvé de nouveaux murs sur lesquels vivre, mais certaines de mes disciples ont demandé un produit qui les incluait toutes. C’est ainsi qu’est né le Mermay Zine, un « artbook » regroupant toutes les sirènes que j’ai créées pendant cette période.

Une fois que vous avez trouvé la bonne idée, vous vous êtes fixé un objectif. Que souhaitiez-vous atteindre avec votre idée ? Quel était votre objectif ?

Je voulais avant tout donner à mes disciples la possibilité d’avoir  la collection complète de sirènes. La plupart des gens ne pouvaient pas m’acheter les dessins originaux car, bien sûr, ils étaient uniques et il n’y en avait qu’un de chacun. La création du Mermay Zine leur a donné l’opportunité de les posséder toutes, et cela m’a donné l’occasion de créer un produit qui était un parfait résumé de mon travail pendant ces semaines.

Comment avez-vous concrétisé votre projet ? Quelles ont été les phases de conception et combien y en a-t-il eues ? Parlez-nous du processus qui a donné vie à votre idée et l’a rendue prête à être imprimée.

Le processus de production du Mermay Zine était très simple, puisqu’au moment où j’ai commencé à recevoir des demandes pour l’artbook, j’avais déjà scanné toutes les sirènes. La sauvegarde d’une copie numérique d’un dessin original est essentielle pour le développement d’autres produits à l’avenir, comme des cartes postales, des impressions ou un artbook.
D’abord, j’ai procédé à une retouche numérique des images (réglage de la luminosité, du contraste, correction de petits défauts, etc.), puis j’ai créé les pages du fanzine pour la couverture, l’introduction, la page des remerciements, etc. Comme il s’agissait d’une reliure, j’avais besoin d’un nombre précis de pages, j’ai donc fait toute la planification des pages.
Ensuite, je me suis occupée de la mise en page, en plaçant chaque page dans le bon ordre. Une fois que tout était prêt, j’ai fait la première impression de 50 copies – c’était aussi simple que ça !

Comment avez-vous utilisé l’impression à la demande pour produire votre travail ? Quels matériaux avez-vous choisis et pourquoi ?

Je suis une créatrice indépendante, et Pixartprinting me permet de faire de petits tirages grâce à son système d’impression à la demande. C’est vraiment utile car cela nous permet de proposer des produits illustrés avec de petits investissements, ce que nous ne pourrions pas faire avec de très gros tirages. Leur gamme de papiers est également très large, ce qui est très bien lorsque vous avez des produits illustrés. J’ai choisi une couverture plastifiée mate de 300g, pour la rendre solide et lisse, et un papier blanc pour l’intérieur afin que les aquarelles puissent vraiment se distinguer. J’ai fait un premier tirage de 50 exemplaires qui s’est rapidement épuisé, ce qui m’a permis de continuer à créer et d’offrir à mes fans un second tirage de 100 exemplaires.

À présent, il est temps de profiter pleinement des produits que tu as créés. Dans votre cas, l’objectif était de produire un livre illustré axé sur les sirènes. Qu’avez-vous ressenti en le voyant à portée de main ?

C’était incroyable de le voir entre mes propres mains, car je n’avais jamais produit un artbook de 48 pages auparavant – pour moi, c’était un tas de pages ! J’avais consulté le catalogue papier à de nombreuses reprises pendant la production, et j’imaginais souvent à quoi il ressemblerait. J’étais nerveuse au cas où je n’aurais pas ajusté les couleurs ou l’intensité correctement, mais tout s’est déroulé à merveille.

Ce n’est que le début ! Quels autres projets avez-vous planifié pour l’avenir ? Pouvez-vous les partager avec nous ?

Même si mon travail principal est l’illustration de livres pour enfants, j’aime créer des illustrations pour des produits qui peuvent apporter aux autres un sentiment agréable. C’est pourquoi j’ai testé, par exemple, l’impression en utilisant des finitions spéciales comme l’encre dorée. Je suis passionnée par l’astronomie, et pouvoir essayer ce type d’impression a été merveilleux. Je veux continuer à expérimenter ce type d’illustration, ainsi que d’autres types d’impression : sacs en tissu, carnets, blocs-notes… les possibilités sont infinies !

You may also like