TypeParis, l’atelier international de typographie

by

TypeParis est un atelier annuel de typographie se déroulant à Paris, destiné aux graphistes, imprimeurs, concepteurs web et diplômés du monde entier souhaitant approfondir leurs connaissances et leurs techniques en matière de typographie et de calligraphie.

Une équipe de formateurs et d’intervenants composée de professionnels de renommée mondiale assurent un programme intensif pendant cinq semaines, avec chaque jour six séances théoriques et pratiques pouvant accueillir un maximum de 15 participants. Pendant toute la durée de l’événement, deux intervenants débattent chaque mercredi de sujets liés à la typographie et au design lors des TPTalks, des rencontres gratuites ouvertes au public.

Les enregistrements de ces rencontres sont ensuite mis à disposition du public sur le site Internet de l’événement.

L’édition 2018, qui a démarré le 11 juin, se conclura le 13 juillet. Chez Pixartprinting, nous souhaitions attirer votre attention sur des conférences et des intervenants particulièrement intéressants.

TypeParis 2018
Exercices de calligraphie lors de l’atelier TypeParis 2018. Crédits : typeparis.com

DAVID BERLOW E CLAUDIA KAT

 David Berlow participera à une rencontre gratuite le mercredi 11 juillet à 19h00. En 1989, David Berlow a fondé avec Roger Black The Font Bureau, une imprimerie numérique basée à Boston qui, en 25 ans d’existence, a développé plus de 500 caractères typographiques pour les plus grands magazines en ligne ou imprimés américains, et a également collaboré avec Apple et Microsoft.

Durant cette conférence, David Berlow partagera la scène avec Claudia Klat, la directrice de conception de Spin Studio, une agence de design londonienne qui utilise l’expérimentation typographique et le « lettering conceptuel » pour trouver de nouvelles expressions esthétiques conjuguant l’analogique et le numérique. N’hésitez pas à vous inscrire à la session live dès le 2 juillet 2018.

Site Internet Index-Studio
Caractères réalisés par Font Bureau pour le site Internet d’Index-Studio. Crédits : https://fontbureau.typenetwork.com

MORAG MYERSCOUGH

Le mercredi 27 juin, la designer et artiste londonienne Morag Myerscough a participé à une rencontre gratuite en duo avec Nikola Djurek, designer typographique, enseignant et partenaire chez Typotheque, une fonderie typographie basée à La Haye, aux Pays-Bas.

En 2017, Morag Myerscough a remporté le Royal Designers for Industry (RDI), le prix le plus prestigieux du Royaume-Uni, décerné par la British Royal Society of Art aux principaux acteurs du secteur du design. En 20 ans de carrière, cette designer a réalisé de nombreuses installations permanentes ou temporaires à l’intérieur de musées, de bars, d’hôpitaux et d’autres lieux publics.

Son objectif est de susciter un sentiment de communauté et d’appartenance en développant des idées capables de refléter les différentes identités et histoires locales. La « marque de fabrique » de Morag consiste en un joyeux mélange de couleurs vives, de formes géométriques et de caractères typographiques extravagants.

The Temple of Agape
Œuvre « The Temple of Agape » réalisée par Morag Myerscough et Luke Morgan pour le Southbank Centre. Crédits : typeparis.com

Nous avons interviewé Morag pour en savoir plus sur son travail en tant qu’artiste et designer.

  • Morag, votre devise est « rendez les gens près de vous heureux, et ceux qui sont loin viendront à vous ». En quoi appliquez-vous personnellement et professionnellement cette philosophie ?
    Dans mes projets, je place toujours le public au centre de l’œuvre. Je veux que les gens créent un lien avec mes œuvres, qu’ils sentent qu’elles leur appartiennent aussi. L’expérience m’a montré que si une partie du public se sent proche de ce que vous faites, d’autres se rapprocheront également de votre art.
  • Il paraît que vous êtes obsédée par le concept d' »appartenance ». Pouvez-vous nous expliquer ce que cela signifie pour vous, et en quoi cela influence votre travail ?
    L’appartenance est, d’une manière ou d’une autre, l’essence même de la vie et un concept recherché par la plupart d’entre nous. Cette exigence a changé avec l’évolution des institutions comme l’Église, qui ne sont plus au centre de la communauté, surtout au Royaume-Uni. Nous devons donc trouver de nouvelles manières de créer du lien et de nous sentir satisfaits de ces relations. Nous devons réunir les gens au sein de nouvelles communautés. J’ai grandi dans le quartier de Holloway à Londres. Mes parents étaient des artistes d’origine écossaise, française et anglaise et, à la maison, on parlait français. C’était loin d’être courant à l’époque, surtout à l’endroit dans lequel nous vivions, pourtant je me sentais à l’aise dans cette atmosphère familiale. Quand j’ai quitté la maison, j’ai eu du mal à trouver ma place, j’avais l’impression de n’appartenir à aucun groupe. J’ai mis vingt ans à comprendre que, dans la vie, on n’a pas forcément besoin d’appartenir à une communauté, le plus important est de se trouver soi-même. Aujourd’hui, je suis fascinée par la possibilité de travailler avec des groupes afin de stimuler ce sentiment d’appartenance, ou de le renforcer dans le cas où il est déjà présent.
  • Quelle utilisation faites-vous du design typographique dans vos projets ?
    Dans mes œuvres, les caractères typographiques, les couleurs et les dessins forment un tout. Les mots sont très puissants, et je les utilise pour exprimer publiquement des messages forts.

Si vous souhaitez découvrir les autres conférences données par des designers et des imprimeurs de renommée internationale lors de TypeParis, rendez-vous sur la page « Event » du site.

You may also like