Publication de livres : cinq conseils de conception importants

by

Nous avons tous un oncle ou un proche qui veut publier des mémoires à l’intention de ses enfants ou petits-enfants.

Il y a vingt ou trente ans, ces publications occupaient les magasins de photocopies. Elles étaient photocopiées et reliées soit avec des agrafes, si l’auteur était soucieux des coûts, soit avec une reliure souple s’il avait de l’argent à dépenser.

Au cours de la dernière décennie, le marché de l’autoproduction et de l’auto-édition de livres, où l’auteur et l’éditeur sont la même personne, a été prospère.

Cela montre qu’aujourd’hui, votre oncle peut produire et publier son livre au meilleur prix et dans une qualité sans précédent. Ainsi, si vous avez un manuscrit prêt à être mis sous presse, il n’y a jamais eu de moment plus opportun pour l’imprimer.

L’auto-publication d’un livre ? La clé, c’est la qualité du produit final

Le marché de l’auto-édition est toujours en plein essor, des millions de livres autoédités sont désormais vendus chaque année au Royaume-Uni et ce, dans des genres aussi divers que l’autobiographie, le fantastique, la gastronomie et le reportage photo.

Le défi pour tout éditeur est de parvenir à créer un produit qui soit perçu comme étant de qualité, c’est-à-dire le plus proche possible des livres que l’on trouve en librairie. La conception graphique et la qualité d’impression sont par conséquent indispensables pour publier des livres qui semblent avoir été produits de manière professionnelle.

Dans cet article, nous allons vous fournir les cinq des meilleurs conseils pour la publication d’un livre. Bien évidemment, ils n’entrent en jeu que si vous avez déjà effectué le travail acharné. Une fois que vous avez écrit votre livre, que vous êtes convaincu du contenu et satisfait de la qualité de votre écriture, vous pouvez vous concentrer sur nos conseils pour l’auto-édition de votre livre.

Nous examinerons les points suivants :

  • Trouver une image de couverture
  • Choisir une police de couverture
  • Une mise en page adaptée
  • La publication du livre

L’esthétique, la mise en page et la lisibilité sont souvent négligées par les personnes qui ont hâte de sortir leur livre. Cependant, ce sont des éléments clés pour produire et publier un livre de qualité. Car un livre dont l’apparence est attrayante, captera l’attention d’un plus grand nombre de lecteurs potentiels. Voyons ce que vous devez garder à l’esprit.

1. L’image de la couverture

« Les couvertures de livres sont importantes car les livres, indépendamment de leur forme, ont besoin d’un visage ». C’est ce que déclare Chip Kidd, probablement le graphiste de couvertures le plus célèbre et le plus insolent du monde et l’homme qui a créé le logo pour le livre Jurassic Park (qui a également été utilisé par la suite pour le film).

La couverture d’un livre est la toute première chose que nous voyons, elle doit donc faire une bonne première impression. Une conception graphique peu soignée et une image incohérente rendront le livre que vous avez publié peu attrayant, tandis qu’un titre déplaisant ne lui sera pas non plus favorable.

Il convient tout d’abord de choisir une idée qui puisse représenter ou exprimer le contenu du livre, puis de concevoir la couverture correspondante.

Copertina del libro Jurassic Park
Le logo pour le livre Jurassic Park – Chip Kidd

Dans le cas de Jurassic Park, le concept reposait sur le dinosaure, comme on le voit dans le musée, et l’image a été d’abord dessinée à petite échelle, puis agrandie. La gigantesque silhouette squelettique souligne parfaitement le suspense qui règne dans le roman.

Une fois l’idée établie, nous devons alors chercher une image qui soit appropriée et qui s’adapte à notre concept.

Nous pouvons utiliser des stocks d’images (gratuits et payants), ou les commander ou les acheter auprès d’un professionnel (graphiste ou illustrateur). Une fois notre image définie, nous devons la recadrer correctement. Souvent, un détail d’une image fonctionne mieux que l’ensemble d’une image.

Essayez une recherche sur Google ou Pinterest avec les mots clés « meilleures couvertures de livres » et vous trouverez des exemples fabuleux pour vous inspirer.

2. La couverture : police et couleur

La police est aussi importante que l’image : une image subtile associée à une image agressive véhicule un message totalement différent de cette même image associée à une police de caractères subtile.

Sur le plan graphique, nous devrions concevoir une couverture semblable à une affiche (du moins selon le légendaire designer italien Bruno Munari), car elle doit être visible de loin et facilement identifiable.

Ricardo Falcinelli, directeur artistique et designer qui a longtemps travaillé dans le domaine du design éditorial, s’exprime ainsi : « Il est indispensable qu’il n’y ait qu’un seul point focal. Cela concerne surtout la littérature romanesque destinée au grand public, et moins la littérature non romanesque spécialisée destinée aux initiés. Quant aux couleurs, en Italie, elles sont toujours plus ou moins les mêmes : rouge, blanc et noir pour la littérature non romanesque, noir et rouge pour la littérature romanesque. »

fonte: https://www.adelphi.it/
Source: https://www.adelphi.it/

Évitez les polices de caractères trop inhabituelles car elles volent la vedette : si l’image et le titre sont assez forts et représentatifs du contenu, il vaut mieux privilégier une police de caractères classique, en choisissant entre serif, slab serif et sans serif selon le type de livre (romanesque ou non romanesque et le sujet traité). Vous trouverez ici d’autres conseils pour réaliser une bonne couverture de livre.

3. Des exemples inspirants

Le conseil le plus simple est peut-être de s’inspirer des professionnels, autrement dit, des maisons d’édition. Chaque éditeur a son propre style et sa propre approche de conception des livres.

Examiner et décortiquer les graphiques des couvertures que nous apprécions est un excellent moyen de comprendre comment et pourquoi ils sont utilisés. En outre, nous pouvons nous inspirer des formats que les éditeurs utilisent pour décider de la manière dont nous souhaitons que notre livre soit perçu (abordable, luxueux, riche en contenu, divertissant, léger, profond, etc.). La publication d’un livre implique également son positionnement sur le marché : cela signifie qu’il faut imaginer qui est le lecteur cible et créer une apparence qui lui plaît tout en étant en adéquation avec l’histoire que le livre raconte.

4. Concevoir l’intérieur du livre

Avant de publier un livre, il est important de s’assurer qu’il est bien mis en page. Cela rendra le livre le livre plus simple à lire et à parcourir, et lorsqu’un livre est facile à lire, la voix de l’auteur sera perçue comme plus fiable et plus crédible par les lecteurs. Publier un livre qui ne tient pas compte de cet aspect, c’est comme fabriquer une voiture avec le moteur d’une Ferrari et la carrosserie d’une FIAT.

Fonte https://www.flickr.com/photos/federiconovaro
Source: https://www.flickr.com/photos/federiconovaro

Il est essentiel de bien concevoir la mise en page : la différence entre publier un livre de qualité professionnelle et publier un livre de qualité moyenne réside dans les petits détails. Ce sont des détails que nous avons tendance à négliger, mais ils assurent la lisibilité des pages et aident le lecteur à se concentrer sur la lecture et à ne pas se laisser distraire par des éléments graphiques gênants.

Voici quelques éléments de la mise en page qui sont souvent négligés :

  • Les marges: c’est l’espace entre le texte et le bord de la page ; les marges doivent être de bonne taille pour que le bloc de texte soit proportionné et au centre de la page ; vous devez également penser à la marge de gouttière, qui est une marge supplémentaire ajoutée aux documents reliés afin que la reliure ne masque pas le contenu de la page ;
  • Les en-têtes et les numéros de page: ces éléments aident le lecteur à naviguer dans le livre ; ils doivent informer sans perturber ; le numéro de page peut se trouver dans le coin ou au centre de la partie inférieure de la page ; ces éléments jouent un rôle graphique clé dans les livres à caractère plus créatif ;
  • Les pages initiales : publier un bon livre, c’est aussi introduire progressivement le lecteur dans son contenu en suivant les règles typographiques ancestrales : il existe une séquence traditionnelle de pages qui se trouve au début d’un livre et qui comprend le frontispice, le faux-titre, la page de titre, colophon et les éventuelles pages de garde ; savoir quelles sont ces pages et ce qu’elles doivent contenir rend un livre plus crédible ;
  • Veuves, Orphelins et Justification : une bonne mise en page, tout comme une bonne édition, est capitale pour une lecture agréable ; il est nécessaire de vérifier qu’aucune ligne du haut ou du bas de la page n’est séparée du reste du paragraphe, des lignes trop courtes ou des espaces entre les mots (causés par une justification incorrecte, un crénage incorrect ou des polices mal conçues) qui créent des effets optiques irritants. Veillez également à ce que la justification et la séparation des mots fonctionnent correctement.

 Il est vraiment dangereux de négliger ces éléments lorsqu’on publie un livre sur lequel vous avez trimé pendant des mois, voire des années. N’oubliez pas : une fois que vous vous êtes attelé à la lourde tâche d’écrire le livre, il suffit d’un dernier effort pour vous occuper de ces détails.

La publication du livre : l’impression

Avant d’envoyer un livre à l’imprimerie, il faut vérifier les configurations des fichiers demandées par l’imprimeur.

Une fois que nous disposons de ces informations, nous pouvons créer le fichier PDF, après avoir effectué une vérification pré-vol, en d’autres termes, une simulation qui nous permet d’identifier toute erreur dans le fichier imprimé. La vérification pré-vol d’Adobe InDesign est une vérification préliminaire très approfondie.

Les erreurs les plus courantes sont :

  • Les images ou les couleurs qui n’ont pas été converties en CMJN (qui est le modèle de couleur utilisé dans l’impression ; vous pouvez en savoir plus ici) ;
  • Les polices de caractères endommagées ;
  • Les liens vers des images inopérantes et donc l’utilisation d’images à basse résolution ;
  • Les zones de texte cachées ou vides ;

Après avoir tout revérifié, nous sommes enfin prêts à imprimer notre travail d’amour : il ne reste plus qu’à envoyer le fichier PDF à l’imprimeur et attendre un courriel ou un appel téléphonique pour nous informer que votre livre est prêt.

Lorsque vous aurez enfin publié votre livre et que des boîtes remplies d’exemplaires imprimés arriveront, vous pourrez désormais tenir le fruit de votre travail entre vos mains et partager vos histoires, vos pensées et vos images avec les autres. La publication d’un livre est parfois une petite odyssée, mais avec un brin de patience et de soin, le résultat sera extrêmement réjouissant pour vous et vos lecteurs !

You may also like