Pictogrammes : l’histoire et l’évolution des symboles « universels »

by

La plupart d’entre vous ont probablement entendu parler des pictogrammes.

Mais pour ceux qui ne l’ont pas fait, il s’agit d’un système de signes développé à l’époque moderne, mais dont les origines sont anciennes. Fondamentalement, un pictogramme est un dessin qui, par convention, est considéré comme signifiant quelque chose. En termes de sémiotique, un pictogramme est une représentation illustrée ; un signe iconographique qui représente des idées complexes, non pas par des mots ou des sons, mais en utilisant des contenants visuels de signification.

Un pictogramme représenté de différentes manières ; le message reste le même.

D’éminents designers et chercheurs du monde entier ont réfléchi sérieusement aux pictogrammes. Les définitions élaborées au fil des années ont eu tendance à les aborder d’un point de vue unique, en examinant des aspects tels que leur histoire, leur fonction ou leur efficacité visuelle ; pourtant, les pictogrammes sont en fait multiformes. Ils présentent diverses relations : entre le signe et sa signification, entre la signification et l’objectif visé. Ainsi, si les pictogrammes peuvent sembler simples à première vue, ils ouvrent en fait une fenêtre sur un monde complexe et fascinant.

Selon Otto Neurath (économiste, philosophe et inventeur du système Isotype), un pictogramme est un élément d’un système à « validité absolue », tandis que pour Otl Aicher (le graphiste et fondateur de l’école de design d’Ulm), « un pictogramme doit ressembler à un signe, mais ne pas être une illustration ». Et pour Herbert W. Kapitzki (ancien professeur à l’université des arts de Berlin et co-fondateur de l’Institut de communication visuelle et de design), « un pictogramme est un signe iconographique qui décrit les caractéristiques de ce qu’il représente, et utilise l’abstraction pour montrer qu’il est un signe ».

L’histoire des signes picturaux avec des exemples de l’époque

D’où viennent les pictogrammes ? Quels sont leurs ancêtres ? Et comment ont-ils évolué au fil du temps ? Nous faisons un voyage à travers les siècles pour vous présenter les signes picturaux sous leurs différentes formes au fil des années jusqu’aux pictogrammes modernes utilisés aujourd’hui. Si nous devions désigner un ancêtre des pictogrammes, il s’agirait des signes dits picturaux, qui ne sont que des expressions graphiques appliquées à des supports bidimensionnels.

Os d’oracle de la dynastie Shang. Image de Lowell Georgia

La seule langue existante aujourd’hui qui est directement dérivée des signes picturaux est le chinois. Les premières inscriptions chinoises remontent à 1200 avant J.-C., et sont les célèbres os d’oracle, qui comportaient des symboles précurseurs des caractères encore utilisés aujourd’hui.

Sections des peintures rupestres de la grotte de Lascaux

Les signes picturaux ont beaucoup changé au cours de l’histoire. Les plus anciens datent d’environ 30 000 ans avant J.-C. et prennent la forme de peintures murales à l’intérieur d’une grotte près de Montignac, en France (la grotte de Lascaux). Nous ne savons toujours pas pourquoi ces 6 000 images (comprenant des animaux, des figures humaines et des signes abstraits) ont été peintes, mais nous savons qu’elles n’ont pas été utilisées pour communiquer un message spécifique.

Détail de la partie supérieure de la pierre de Rosette

D’autres exemples importants sont les hiéroglyphes égyptiens, le système d’écriture cunéiforme de la Mésopotamie et les glyphes mayas, qui datent tous de la même période. Il s’agissait de langues à part entière qui utilisaient un système de signes picturaux. Grâce à la découverte de la pierre de Rosette en 1799 (qui portait la même inscription dans les hiéroglyphes égyptiens, démotiques et grecs anciens), il a été possible de déchiffrer les hiéroglyphes pour la première fois et de comprendre qu’ils représentaient les sons d’une langue autrefois parlée.

Armoiries familiales de la famille italienne Mancini

Au XIIe siècle, un nouveau type de signe pictural est apparu, qui subsiste encore aujourd’hui parmi les familles les plus nobles : les armoiries. Celles-ci ont été apposées sur le casque et l’armure des chevaliers au Moyen-Âge, puis ont évolué vers des armoiries des familles.

Exemples de différents types de vignettes

Avec l’invention de l’imprimerie dans les années 1400, de nouveaux signes sont apparus, des frises décoratives insérées dans les pages des livres appelés vignettes. À l’origine, elles comportaient des motifs floraux, mais au fil du temps, elles se sont développées pour inclure des thèmes tels que la religion, les festivités, les saisons et les animaux.

Les pionniers du pictogramme

Les pictogrammes tels que nous les connaissons aujourd’hui sont une invention moderne.

La popularité croissante de la voiture et la construction de réseaux routiers de plus en plus denses ont conduit à la proposition d’un système international de quatre pictogrammes pour la signalisation routière, qui a été approuvée à Paris en 1909. Initialement adopté par l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, la France, l’Italie, Monaco et le Royaume-Uni, le système a été étendu en 1927 et reconnu par le comité de la Société des Nations sur la circulation.

Les quatre panneaux routiers proposés lors de la Convention internationale sur la circulation automobile à Paris en 1909

En 1936, Otto Neurath, en collaboration avec Rudolf Carnap et Charles W. Morris, a développé l’Isotype (International System of Typographic Picture Education). Ce système a permis de créer des diagrammes et des graphiques internationaux standardisés, mais aussi des textes et des illustrations utilisés en public. Si ce système est aujourd’hui très répandu, il constituait à l’époque le premier pas vers l’étude et l’utilisation scientifique et internationale des pictogrammes.

Quelques pictogrammes créés par Gerd Arntz pour le système Isotype

Les Jeux olympiques de Berlin de 1936 ont vu les premiers pictogrammes utilisés dans un contexte sportif, bien que le véritable tournant ait été les Jeux olympiques de Tokyo de 1964. Des images abstraites et géométriques ont été utilisées pour communiquer des informations aux visiteurs (comme les différents sports et disciplines). Le langage des pictogrammes utilisés aujourd’hui pour les Jeux olympiques a été développé pour les Jeux de Munich de 1972 par le designer Otl Aicher. Son système a été créé à partir de formes simples et stylisées, développées avec un tel niveau de précision que ce langage formel a continué à influencer les pictogrammes modernes depuis.

Pictogrammes pour les disciplines de course à pied à Berlin 1936, Tokyo 1964 et Munich 1972 (avec grille)

En 1968, un comité de l’Association des aéroports allemands a produit un rapport recommandant l’utilisation de pictogrammes dans les aéroports. Au cours des décennies successives, ces systèmes ont été appliqués aux transports publics locaux et nationaux.

Pictogrammes dans le design commercial

Qu’en est-il aujourd’hui ? Où en est-on actuellement ? Nous sommes désormais habitués à voir des pictogrammes partout, que ce soit sur des objets physiques ou des appareils numériques. Ce langage est encore utilisé dans des contextes très divers ; examinons de plus près quelques exemples intéressants de design commercial.

Le système visuel et d’orientation de l’aéroport de Cologne-Bonn – créé par  Intégral Ruedi Baur Paris entre 2003 et 2005 – comprend non seulement des pictogrammes, mais aussi une police de caractères créée sur la même grille et avec les mêmes formes trapues. Les pictogrammes sont divisés en deux catégories : dans la première, il s’agit de signes simples et stylisés présentant un contour épais, tandis que la seconde comprend des silhouettes réalistes et détaillées.

Images par Intégral Ruedi Baur Paris

Images de Sagmaister & Walsh

En 2013,  Sagmeister & Walsh créent une identité visuelle pour Function Engineering, une société spécialisée dans la conception et l’ingénierie mécaniques pour le développement de produits dans divers secteurs. Le système visuel s’articule autour d’une série de pictogrammes dessinés dans un style mécanique. Le même style est utilisé pour le logo.

Images de Sagmaister & Walsh
Images de Sagmaister & Walsh

En 2018, Eurosport a chargé une agence de design londonienne  DixonBaxi de développer tous les graphiques pour sa couverture des grands tours cyclistes (le Tour de France, le Giro d’Italie et la Vuelta a España). Dans le cadre de ce projet, l’agence a créé une série de pictogrammes destinés à être utilisés principalement sur des plateformes numériques.

Images de DixonBaxi
Images de DixonBaxi
Images de DixonBaxi

L’équipe du Pentagramme de Sascha Lobe a créé des graphiques et un design d’orientation pour le siège de la société de cosmétiques Amorepacific à Séoul. Les pictogrammes s’intègrent harmonieusement à l’architecture (conçue par David Chipperfield) et créent un dialogue avec la typographie anglaise et avec les idéogrammes coréens et chinois. Le projet a remporté plusieurs prix, dont celui du « Beazley Design of the Year 2019 ».

Images de Pentagram Design

Comme nous l’avons vu, les pictogrammes ont des origines très anciennes. Leurs ancêtres, les signes picturaux, ont connu de nombreuses évolutions à travers l’histoire. Dès que les pictogrammes ont été formalisés au siècle dernier, ils ont envahi notre vie quotidienne. Ils sont encore largement utilisés aujourd’hui, et les exemples ci-dessus nous donnent une idée de leur immense importance dans de nombreux domaines.

You may also like