Le Musée Bodoni de Parme

by

Le Musée Bodoni de Parme

« Plus le livre est classique, plus il est approprié que la beauté des personnages resplendisse par eux-mêmes ». Ainsi s’exprimait Giambattista Bodoni, le typographe de Saluzzo dans le Piémont, au nord de l’Italie, qui a changé à jamais l’histoire de la typographie. L’extraordinaire héritage laissé par cet artiste, un talentueux typographe, designer et éditeur, est conservé dans le Musée Bodoni de Parme, le plus ancien musée de l’imprimerie en Italie.

Bodoni – une brève biographie

Né en 1740 à Saluzzo au Piémont, dans le nord-ouest de l’Italie, Bodoni a acquis de l’expérience dans l’atelier de l’imprimerie de son père avant de poursuivre sa formation à Rome. En travaillant pour l’imprimerie Propaganda Fide de l’Église catholique, il y rencontre pour la première fois des personnages orientaux, qui influenceront considérablement son travail. En février 1768, Bodoni connaît une grande percée lorsqu’il est engagé par le duc Ferdinand de Parme pour créer la Stamperia Reale, ou presse royale, à Parme, où il demeure directeur jusqu’à la fin de sa vie. Il a ainsi eu la chance de commencer à produire ses propres polices de caractères et de créer diverses publications multilingues qui ont vu sa renommée se répandre à travers le monde. C’est également à cette période que Bodoni commence à étudier la forme des lettres de l’alphabet et, en 1788, il publie son premier Manuel typographique, un inventaire des polices de caractères qui contient 100 alphabets romains, 50 italiques et 28 grecs. En 1791, il ouvre sa propre imprimerie, où il produira tous ses chefs-d’œuvre.  

Musée-Bodoni
Musée-Bodoni

La structure du musée

Le Musée Bodoni contient 1 000 œuvres publiées par Bodoni, dont quelques pièces extrêmement rares en soie et en parchemin, plus de 80 000 outils provenant des imprimeries de Bodoni, plus de 12 000 lettres et de nombreux documents et essais sur la typographie provenant des principales fonderies italiennes et étrangères. Le matériel est divisé en trois sections :

  • L’imprimerie avant Bodoni: une série de volumes illustrant l’évolution du livre imprimé de la seconde moitié du XVe siècle au début des années 1700.
  • Bookmaking: à travers l’extraordinaire collection d’outils d’impression de Bodoni et quelques documents d’archives, cette section explique les différentes étapes de la conception et de la production d’un livre.
  • Giambattista Bodoni: une sélection des œuvres produites par le typographe piémontais, présentées de manière chronologiques, permettant aux visiteurs de découvrir comment le style de Bodoni s’est développé depuis ses premières publications très ornées de l’Imprimerie ducale jusqu’à ses créations privées ultérieures, où la clarté et la simplicité néoclassiques du design ont donné un rôle central à la police de caractères.

Enfin, deux séries de tableaux illustrent l’évolution graphique de la page imprimée du XVe siècle au XIXe siècle, proposant les principaux points de contact entre l’édition et les autres formes d’art, et l’évolution du caractère typographique depuis ses origines jusqu’au XIXe siècle, mettant en évidence les efforts déployés par les concepteurs, les graveurs et les typographes au fil des siècles pour améliorer la clarté et la lisibilité des caractères.

La « révolution typographique » de Bodoni

Bodoni a consacré sa vie non seulement à l’étude des polices de caractères, mais aussi à la mise en page graphique des livres et aux techniques d’impression. Son travail était basé sur le perfectionnement des pratiques les plus anciennes, comme la création manuelle de caractères, mais, en même temps, il a radicalement changé l’apparence des livres grâce à une approche complètement nouvelle de la mise en page.

Il a progressivement abandonné le style baroque et rococo de ses premiers travaux, et a introduit le goût du design néoclassique dans le monde de l’édition. Dans ses livres, il a banni les cadres décoratifs et les images (caractéristiques typiques de l’époque), laissant la place à l’harmonie géométrique et à l’élégance simple des caractères romains modernes, qui étaient le seul véritable point d’intérêt de la page. Sa quête d’un équilibre parfait entre les éléments imprimés et les espaces vides, associée à une nouvelle façon de composer les frontispices et les dédicaces et à l’uniformité des polices de caractères utilisées, font de ses réalisations de véritables chefs-d’œuvre, tant sur le plan stylistique que sur celui de la lisibilité.

Quelques œuvres de Bodoni au musée

Manuel typographique – 1788

Publiée en 1788, cette première collection de polices de caractères comprenait 100 alphabets romains et 50 italiques. Sa « Serie dei caratteri greci » (« Série des caractères grecs »), publiée la même année, contenait 28 alphabets. Sur la page ci-dessous, Bodoni utilise sa plus grande police, le Papale, pour rendre hommage à sa ville natale de Saluzzo.

Manuel typographique 1788
Une page du « Manuel typographique », publié par Bodoni en 1788, consacrée à sa ville natale. Droit d’auteur : Musée Bodoni, Parme.
Manuel typographique 1788
Manuel typographique 1788

Oratio Dominique – 1806

Cette énorme œuvre contient une traduction du Notre Père en 155 langues et constitue le catalogue le plus complet des anciennes polices de caractères existantes. Elle comporte plus de 215 polices différentes, dont les alphabets romains, grecs et exotiques. Il semblerait que Bodoni ait décidé de la créer lorsque le Pape Pie VII lui a parlé d’un ouvrage similaire en 150 langues publié en France, ce qui l’a incité à créer une édition encore plus étendue. Bodoni a conçu 97 polices de caractères exotiques différentes pour ce livre, dépassant largement l’édition produite par l’Imprimerie Nationale Française.

Oratio Dominique
Deux pages de « Oratio Dominique », la traduction en 155 langues du Notre Père, publiée par Bodoni en 1806. Droits d’auteur : Musée Bodoni, Parme.

L’Iliade d’Homère – 1808

Cette œuvre composée de trois volumes est sans conteste l’une des plus marquantes parmi les nombreuses œuvres produites par Bodoni. Le typographe de Saluzzo en a réalisé deux exemplaires sur parchemin de Bavière : le premier dédié à Napoléon (aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Paris) et le second pour le vice-roi d’Italie, Eugène Rose de Beauharnais, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Palatine de Parme, adjacente au musée. Ce travail gargantuesque a duré cinq ans, au cours desquels Bodoni a dû fonder un grand nombre de nouveaux caractères grecs. Le frontispice ci-dessous, chef-d’œuvre d’élégance et d’équilibre, est un parfait exemple de la « typographie pure » à laquelle aspirait le maître piémontais, où les polices de caractères et les espaces vides sont la seule décoration de la page.

le frontispice du premier volume de l’Iliade, tiré de l’exemplaire sur parchemin réalisé par Bodoni pour le vice-roi d’Italie, Eugène Rose de Beauharnais. Droit d’auteur : Musée Bodoni.
Le frontispice du premier volume de l’Iliade, tiré de l’exemplaire sur parchemin réalisé par Bodoni pour le vice-roi d’Italie, Eugène Rose de Beauharnais. Droit d’auteur : Musée Bodoni.

Manuale tipografico del cavaliere Giambattista Bodoni – 1818

Réalisé en deux volumes et publié à titre posthume par la veuve de Bodoni, ce manuel est le véritable « héritage typographique » du célèbre imprimeur. Ses 600 pages contiennent une variété infinie de caractères romains, grecs et orientaux, ainsi qu’un large éventail de fioritures et de symboles, dont des notations musicales.

La longue préface du manuel, devenue un texte classique sur l’art de la typographie, expose certains des grands principes esthétiques de Bodoni, notamment les quatre caractéristiques clés qu’une famille de caractères doit posséder :

  • Un design uniforme
  • La clarté
  • Un bon goût
  • La grâce

Bodoni signifie par grâce l’élégance « sans aucune trace d’affectation ou d’ostentation » qui l’a toujours inspiré. Il existe une version numérique de l’œuvre, ainsi que d’autres livres du même auteur, que l’on peut consulter en ligne.

Les polices de caractères de Bodoni de nos jours

Durant les deux derniers siècles, de nombreuses fonderies italiennes et étrangères ont créé des polices numériques inspirées des caractères de Bodoni, qui sont utilisées par les graphistes et les concepteurs dans leurs travaux d’édition ou de marketing. Voici quelques-uns des projets les plus remarquables réalisés avec des polices inspirées de Bodoni.

Bodoni – une biographie illustrée

Lorsque Giorgio Camuffo a décidé de créer une amusante biographie illustrée de Bodoni, il allait inévitablement s’inspirer des polices de caractères de Bodoni. Dans ce livre, il raconte les épisodes les plus importants de la vie du typographe, ainsi que quelques anecdotes peu connues, abandonnant le style pompeux des livres précédents et révélant le côté plus humain du célèbre typographe.

ne des illustrations de la biographie « Bodoni » de Giorgio Camuffo. Droit d’auteur : www.bodoniandcamuffo.it et www.corraini.com
Une des illustrations de la biographie « Bodoni » de Giorgio Camuffo. Droit d’auteur : www.bodoniandcamuffo.it et www.corraini.com

La Bibliothèque de Babel – Franco Maria Ricci, 1975-85

Ces séries de livres fantastiques découle des liens d’amitié qui unissent l’éditeur Franco Maria Ricci et Jorge Luis Borges. Au début des années 1970, le célèbre écrivain a accepté la demande de rassembler les livres qui constituaient sa bibliothèque personnelle, comprenant des classiques occidentaux d’auteurs tels que Poe et Kafka ainsi que plusieurs écrivains asiatiques moins connus. Chaque volume de la collection est imprimé avec les caractères de Bodoni sur du papier vergé Fabriano.

la couverture de « Décès concentriques » de Jack London. Droits d’auteur : Archives photographiques de Franco Maria Ricci.  
La couverture de « Décès concentriques » de Jack London. Droits d’auteur : Archives photographiques de Franco Maria Ricci.  

Brookstone – Massimo Vignelli

Quand Vignelli Associates a été chargé en 1992 de concevoir l’identité visuelle et l’emballage de Brookstone, une chaîne américaine de quincailleries, le studio a décidé d’utiliser une combinaison originale de couleurs, de types et de matériaux de haute qualité afin de différencier la marque de ses concurrents. La police utilisée était Notre Bodoni, une reprise des polices de caractères de Bodoni créées quelques années auparavant par Tom Carnase, sous la direction de Massimo Vignelli.

l’emballage créé par Vignelli Associates pour Brookstone. Droits d’auteur : Centre Vignelli d’études de conception, Rochester Institute of Technology.
L’emballage créé par Vignelli Associates pour Brookstone. Droits d’auteur : Centre Vignelli d’études de conception, Rochester Institute of Technology.

You may also like