#PrintStories – Maria ou l’aménagement d’une vitrine exotique

by

Chez Pixartprinting, la relation avec les clients croît de jour en jour.

Nous ne sommes pas seulement une plateforme de « web-to-print » : nous sommes un intermédiaire important entre les souhaits de nos clients et leur réalisation. Chaque jour, nous faisons tout notre possible pour répondre aux exigences de clients désirant concrétiser leurs idées, réaliser leurs projets, communiquer leurs messages ou promouvoir leurs produits.

Ainsi, nous avons décidé de recueillir les histoires de clients qui, en s’adressant à nos services, ont pu atteindre leurs objectifs et réaliser leurs projets, grands ou petits. Vous allez découvrir leur histoire ( #PrintStories), leurs idées et les différents chemins qu’ils ont empruntés pour parvenir à leur but.

Aujourd’hui, intéressons-nous à l’histoire de Maria, une aspirante architecte dotée d’une incroyable fibre créatrice. La vitrine qu’elle a conçue et aménagée est tout bonnement incroyable ! Vous brûlez d’envie d’en savoir plus ? Alors, découvrez son interview sans plus attendre, vous ne le regretterez pas !

Maria, parlez-nous un peu de vous : qui êtes-vous et que faites-vous dans la vie ? Quels sont vos rêves, vos sources d’inspiration, vos talents ? Faites-nous un portrait à la fois concis et fidèle !

Je suis une étudiante en architecture de 24 ans, et depuis que je suis toute petite, je rêve de libérer mon potentiel créatif. Les mains sont mes outils préférés pour donner libre cours à mon imagination, même si je suis conquise par l’univers du graphisme. Ces dernières années, je me suis intéressée à la conception de vitrines réalisées avec mes dessins vectoriels.

Avant de nous raconter comment est née votre idée créative, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que vous avez réussi à créer grâce à nos impressions ?

Ce que vous voyez ici est l’aménagement d’une vitrine de magasin d’optique : l’exigence était de créer un univers adéquat pour la nouvelle collection de lunettes printemps/été à l’intérieur d’une vitrine toute en hauteur donnant sur une rue principale de la ville, le tout sans fond délimitant l’espace d’exposition de l’espace de vente. Il a donc fallu concevoir une solution à 360° capable à la fois d’attirer les clients potentiels et de décorer l’intérieur du magasin.

Remontons un peu le temps et intéressons-nous aux débuts du projet. À quel moment vous est venue l’idée d’une telle conception ? Racontez-nous comment vous avez imaginé ce projet.

Identifier le début d’une histoire créative est toujours très compliqué. Dans mon cas, c’est l’idée qui a créé l’opportunité et qui a permis d’exprimer ma créativité. Depuis deux ans, je partage régulièrement mes idées avec le responsable de la boutique, et c’est grâce à lui et à la confiance qu’il me porte que nous avons pu expérimenter de nouveaux moyens de communiquer, non seulement en ligne sur les réseaux sociaux, mais aussi hors ligne en suscitant l’intérêt des clients en magasin.

Voilà comment je me suis retrouvée à la tête de ce nouveau projet dont la stratégie s’est révélée gagnante : oser, créer quelque chose de différent malgré les tendances, quelque chose d’unique et d’engageant. Dans ce cas précis, j’ai osé la couleur en suivant la tendance tropicale, avec des graphismes originaux, remodelés selon les exigences de la vitrine. En fait, tout est né d’une question simple : que signifie le printemps ? Parmi toutes les réponses qui me sont venues à l’esprit, j’ai choisi celle-ci : pour moi, le printemps, c’est une explosion de couleurs, de bonheur et d’espoir. J’ai donc cherché à transmettre cette idée en images, avec le résultat que vous pouvez voir.

Une fois l’idée trouvée, vous avez dû vous fixer un objectif. Que cherchiez-vous à obtenir ? Quel était le but ultime de votre travail ?

L’idée est justement de créer une vitrine saisonnière qui n’est liée à aucune marque, et donc dynamique de ce point de vue. Évidemment, dans un magasin d’optique, l’œil aussi veut sa part ! Difficile de ne pas se focaliser sur un thème qui serait également capable d’attirer les plus myopes !

Vous avez votre idée de projet et votre objectif. Maintenant, il faut la mettre en œuvre ! Comment vous y prenez-vous ? En combien d’étapes avez-vous réparti votre travail et quelles sont-elles ? Racontez-nous le processus qui vous a permis de donner forme à votre idée et de la préparer pour l’impression.

Les étapes du travail ont été définies de la même manière que sur tous mes autres projets, avec des délais et des exigences techniques de changement de vitrine très stricts. Par conséquent, lorsqu’on a des contraintes de rapidité d’exécution, on cherche toujours à réduire le plus possible chaque étape : ébauche et validation du projet, transposition graphique, validation finale, impression et application.

Arrive enfin le moment d’imprimer ! Comment l’impression à la demande vous a-t-elle permis de finaliser votre projet ? Quels matériaux avez-vous adoptés ? Et quelles raisons vous ont poussée à choisir ces matériaux et cette technique d’impression ?

L’impression à la demande garantit la continuité et l’implication dans le processus créatif final. Grâce à la richesse du catalogue et à la limpidité des instructions fournies, j’ai pu librement décider de la forme à donner à mes projets, avec une garantie de confiance et de qualité.

Pour le projet en question, j’ai choisi du PVC adhésif monomérique mat pour recouvrir les colonnes et la base posée au sol, créant ainsi une image coordonnée avec le contexte créé par le panneau de Forex double-face situé au centre de la composition suspendue.

Une fois le matériel produit, il est temps de l’installer. Dans votre cas, l’objectif était de décorer et d’aménager une vitrine. Où avez-vous puisé l’inspiration lors de la mise en place ? Qu’avez-vous ressenti en voyant votre idée prendre forme sous vos yeux ?

L’aménagement de la vitrine est une étape décisive : à partir du chargement des fichiers d’impression jusqu’à l’arrivée de la commande, on s’imagine tout un tas de scénarios catastrophiques sans même oser penser à l’étape d’application, comme c’est le cas notamment avec les supports autocollants. Mais quand le matériel arrive, c’est comme si je remportais l’Oscar du meilleur décor !

Il faut ensuite se retrousser les manches pour assembler les différents éléments : on part de la composition de fleur et de feuilles synthétiques, avec le rappel des graphismes appliqués sur le panneau de Forex juste au-dessous, puis on passe à la décoration des colonnes après avoir recoupé chacune des faces, et enfin on applique le PVC adhésif sur le sol pour créer la base des colonnes.

Outre ces étapes d’installation, il y a aussi tout le travail de coordination avec l’agence de communication Youngears, qui supervise toutes les initiatives liées à l’activité du magasin sur les réseaux sociaux, et avec laquelle je dialogue régulièrement pour maintenir un fil conducteur et concevoir en collaboration avec le directeur artistique une campagne de communication visible également en ligne. C’est uniquement grâce à cette synergie que je parviens à obtenir un feedback, mais aussi à créer du dialogue, deux éléments qui, jusqu’à présent, se sont révélés bénéfiques sur chaque nouveau projet.

Et vous venez à peine de commencer ! Avez-vous d’autres projets en cours ? Quelques scoops à dévoiler ?

Pour l’instant, mon principal objectif est de terminer mes études d’architecture pour envisager l’avenir sur des bases solides. Tous les projets que j’ai réalisés jusqu’à présent ont été une distraction après des heures passées à étudier entre quatre murs, un moyen d’échapper à la grisaille.

Me confronter à un univers créatif comme celui d’une agence de communication me permet d’élargir le champ des possibles et de m’ouvrir à de nouveaux domaines qui ne demandent qu’à être explorés.
Pour le reste, rien n’est planifié. Mon carnet de croquis est toujours à portée de crayon. On peut dire que je suis un électron libre prêt à faire des étincelles !

You may also like