L’impression sur tissu de Mariano Fortuny

by

L’impression sur tissu de Mariano Fortuny

Considéré par beaucoup comme un Léonard de Vinci du XXe siècle, Mariano Fortuny y Madrazo était un artiste aux multiples talents qui a fait preuve de son génie créatif dans un grand nombre de secteurs, de l’éclairage de théâtre à la décoration intérieure en passant par la photographie et l’impression sur tissu. Il ne distingue pas entre les arts « majeurs » et « mineurs », considérant qu’ils cherchent tous à atteindre le même idéal de beauté intemporelle, basé sur le remaniement des cultures anciennes.

Né à Grenade de Mariano Fortuny y Marsal, sculpteur de renommée mondiale, et de Cecilia de Madrazo, issue d’une illustre famille de peintres espagnols, Fortuny a grandi dans un environnement culturellement stimulant lui permettant de développer le talent créatif qu’il avait hérité de son père dès son plus jeune âge. Après le décès prématuré de son mari, Cecilia a décidé de déplacer la famille à Venise, une destination populaire pour l’élite intellectuelle de l’époque. La maison des Fortuny est rapidement devenue un lieu de rencontre pour les artistes, les écrivains et les compositeurs, qui trouvaient l’inspiration pour leurs conversations dans les salles somptueusement décorées du Palazzo Martinengo.

Légende de l’image : Mariano Fortuny y Marsal, « Les enfants du peintre dans le salon japonais », 1874, Museo Nacional del Prado, Madrid.

Mariano a hérité de son père une vaste collection d’œuvres d’art, de verre de Murano et de tissus anciens, une sélection qui a non seulement inspiré ses peintures, mais a également aidé ses recherches historiques et technologiques. Dans diverses lettres, par exemple, Fortuny y Marsal décrit ses efforts pour utiliser un four de potier afin de recréer les effets irisés typiques de la majolique hispano-mauresque. Cette aptitude à l’expérimentation technique, et sa passion pour la collection – poursuivie dans le but de mener des recherches iconographiques approfondies, plutôt que de simplement accumuler des objets précieux – ont été les principaux attributs intellectuels que le célèbre artiste a transmis à son fils.

Le lancement de l’atelier textile

La première percée de Fortuny dans le monde des tissus a eu lieu en 1907, lorsque, avec Henriette Nigrin, sa compagne de vie et sa muse, il a ouvert un atelier d’impression sur tissu au troisième étage de sa maison, Palazzo Pesaro degli Orfei. Dans leurs créations, le couple a utilisé la peinture de Fortuny et sa profonde connaissance de la culture orientale ; leurs vêtements rappelaient ceux de la Grèce antique et les costumes marocains, arabes et japonais, tandis que les impressions comportaient des motifs floraux, marins et abstraits tirés d’œuvres minoennes, hispano-mauresques, turques et perses.

Légende de l’image : Palazzo Fortuny à Venise. Droits d’auteur : www.artwave.it.

L’artiste a réinterprété des idées d’époques révolues et de terres lointaines pour créer des pièces aux formes souples, destinées à mettre en valeur la beauté du corps féminin par leur élégance simple mais raffinée, en le libérant du caractère contraignant des corsets et des bustiers. L’atelier de Fortuny a conçu une approche inhabituelle qui s’est inspirée de la culture minoenne et du monde oriental pour en faire un style novateur et très moderne, avec des vêtements « fidèlement anciens mais nettement originaux […] », comme le dit si bien Marcel Proust. Tout le monde ne sait pas que l’auteur admirait tellement le créateur de mode et l’artiste qu’il l’a cité de son vrai nom dans son roman « À la recherche du temps perdu ».

Techniques d’impression

En seulement quelques années, le petit atelier de Palazzo Pesaro degli Orfei est devenu une véritable usine et boutique textile, employant une centaine de personnes. C’est là que Fortuny a créé ses premiers foulards, robes et somptueux vêtements en velours de soie imprimé ; ce n’est que plus tard qu’il s’est lancé dans la création de tissus pour l’ameublement, en utilisant des outils qu’il avait lui-même inventés. Dans un premier temps, les Fortuny ont adopté une méthode d’impression très archaïque – l’impression directe à l’aide de matrices en bois. Après une première impression de séparation, qui a permis de créer le contour du motif à l’aide d’un mélange empêchant le tissu d’absorber le colorant, d’autres impressions rugueuses ont été réalisées. Le colorant se répand par action capillaire, mais s’arrête à la barrière créée dans la première presse, ce qui garantit que chaque couleur ait un bord net.

Légende de l’image : Une série de matrices pour l’impression sur tissu, vers 1905. Collection Venetia Studium, Museo Fortuny, Venise.

En 1910, Fortuny a breveté un un nouveau système d’impression sur de grandes pièces de tissu, basé sur un procédé rotatif mécanique. En fixant les matrices sur un châssis ou en les utilisant en bandes continues, les temps de production pouvaient être réduits de manière significative, tout en conservant le savoir-faire artisanal et l’utilisation de produits naturels pour les colorants. Le créateur de mode a également breveté un système innovant pour plisser les plus belles soies, qu’il a ensuite utilisé pour créer la célèbre robe Delphos. En 1919, il a ouvert une usine sur l’île de La Giudecca pour la production semi-industrielle de coton imprimé destiné à l’ameublement, tandis que son épouse Henriette a continué à se concentrer sur la production de vêtements dans l’atelier du Palazzo Pesaro degli Orfei.

Un succès international

Les vêtements, les costumes de théâtre et le coton utilisé pour l’ameublement de Fortuny ont été dévoilés lors d’une exposition au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1911, et ont été immédiatement acclamés par le public et la critique. Des boutiques ont été ouvertes à Paris, Londres et New York, et les activités de l’atelier se sont multipliées. Des aristocrates, des intellectuels et des actrices célèbres sont venus des plus luxueux hôtels vénitiens pour visiter l’atelier de l’artiste, et le nom de Fortuny est rapidement devenu synonyme d’exclusivité, de sophistication et d’élégance.

Légende de l’image : Velours imprimé avec le logo de l’atelier Fortuny.

En particulier, la robe Delphos, une tunique plissée en taffetas de soie inspirée du chiton de la Grèce antique, et l’écharpe Knossos, un grand tissu de satin de soie blanc orné de motifs imprimés inspirés de thèmes hellénistiques et mioniens, ont conquis le cœur de l’élite intellectuelle et de la noblesse européennes. En tant que créateur de costumes, Fortuny a travaillé pour les actrices Sarah Bernhardt, Eleonora Duse et la ballerine Isadora Duncan, qui aimait également porter ses créations lors de rencontres sociales.

Les robes Delphos et Poplos. Collection Melody Cohen, collection de la famille Janet Cramer.

L’intérieur du  Palazzo Fortuny, le musée de la maison de l’artiste, les visiteurs peuvent admirer certaines des œuvres produites et collectées par le père et le fils, la vaste bibliothèque familiale et divers tissus et vêtements créés par le designer au cours de son illustre carrière.

You may also like