barnbrook

Les maîtres du design graphique : Jonathan Barnbrook

by

Dans le cas des graphistes, la plupart des gens auront vu (ou même acheté) l’un des articles qu’ils ont conçus, plutôt que d’avoir entendu leur nom ou vu leur visage. Et Jonathan Barnbrook, l’homme derrière les œuvres que la plupart d’entre vous auront sans doute vues, comme les couvertures des deux derniers albums de David Bowie, ne fait pas exception. Comme vous vous en souvenez peut-être, le dernier – ★ (Black Star ), sorti deux jours avant la mort de Bowie – ne contenait qu’une étoile noire et quelques symboles graphiques faisant référence au nom de la rock star.

Ses débuts dans la création de lettrages pour des groupes

Jonathan Barnbrook est né à Luton (Royaume-Uni) en 1966, et a étudié au Saint Martins College of Art and Design et au Royal College of Art. Il a réalisé son premier dessin graphique à l’âge de seize ans, attiré par les couvertures de disques et les formes de lettres utilisées pour les noms des groupes. Comme le souligne Barnbrook, on peut comprendre toute l’idéologie et la philosophie d’un groupe rien qu’à partir du lettrage. Lorsqu’une pochette d’album est réussie, quelque chose de magique se produit, et l’on finit par aimer encore plus la musique que l’on écoute. Il a immédiatement commencé à concevoir des caractères individuels, puis des familles entières de caractères. Il était relativement connu avant même d’avoir terminé ses études universitaires, ses travaux ayant été publiés dans divers magazines de design européens, américains et japonais. En 1990, à la fin de ses études, il a créé son propre studio, et quelques années plus tard, en 1997, sa propre fonderie de caractères, Virus Studio.[1][2]

En 1992, la fonderie américaine Emigre a ajouté deux de ses polices de caractères, Exocet et Mason, à son catalogue. Mason s’appelait à l’origine Manson, mais le nom a été modifié à la suite de nombreuses plaintes concernant son lien avec le nom de famille du tristement célèbre tueur en série californien Charles Manson. En 2011, Mason a été ajouté à la collection permanente du MoMA à New York.

La police de caractères Mason
La police de caractères Mason

Design graphique et politique

Barnbrook a toujours utilisé le langage de la conception graphique non seulement pour produire des objets, mais aussi pour communiquer ses idées, qui sont souvent de nature politique, car il estime que le design graphique ne doit pas être utilisé uniquement au profit des multinationales, pour générer des profits et encourager le consumérisme. Son profil sur le site du Musée du design, qui lui a consacré une rétrospective en 2007, le décrit comme “pionnier de la notion de design graphique avec une conscience sociale”. L’exposition, intitulée Friendly Fire, reflétait son œuvre la plus politique et sa volonté de porter un regard critique sur sa profession et sur la société dans son ensemble. Barnbrook a conçu lui-même la mise en page de l’exposition et, bien entendu, le catalogue qui l’accompagnait, Barnbrook Bible.[3]

Le catalogue de l'exposition Friendly Fire
Le catalogue de l’exposition Friendly Fire

Barnbook estime que son travail politique est l’occasion de redonner au design le sens qui lui fait souvent défaut. Quand on pense au graphisme politique et à la propagande, on a tendance à penser aux régimes totalitaires, alors que le graphisme commercial est souvent considéré comme un espace apolitique. Pour Barnbrook, cependant, le simple fait d’être un graphiste commercial est en soi une idée politique très forte. “Ignorer les problèmes liés aux ateliers clandestins, ignorer le fait que vous consentez à pousser sans relâche une économie de marché est une décision politique”[4], a-t-il déclaré.

Une image de l'exposition Friendly Fire
Une image de l’exposition Friendly Fire

En 2001, il a travaillé comme directeur artistique pour le magazine Adbusters, produit par une organisation canadienne à but non lucratif de défense de l’environnement et de lutte contre la publicité. À peu près à la même époque, il réalise un grand panneau d’affichage sur lequel figure une citation de Tibor Kalman : “Designers, restez à l’écart des sociétés qui veulent que vous mentiez pour elles”, qui a été montré pour la première fois lors d’une conférence des membres de l’American Institute of Graphic Arts (AIGA) à Las Vegas.

Le panneau d'affichage de la citation de Tibor Kalman
Le panneau d’affichage de la citation de Tibor Kalman
Une des couvertures que Barnbrook a créées pour Adbusters.
Une des couvertures que Barnbrook a créées pour Adbusters.
Une double page du magazine Adbusters.
Une double page du magazine Adbusters.

En 2011, il a travaillé avec le mouvement Occupy London, notamment en créant leur logo.

Le logo d'Occupy London
Le logo d’Occupy London

Collaboration avec Damien Hirst

En 1997, Barnbrook a collaboré avec Damien Hirst, qui était alors une vedette montante et qui est aujourd’hui l’un des artistes contemporains les plus connus au monde, en travaillant avec lui et en son nom pour créer un livre d’artiste I Want to Spend… Chaque œuvre du livre est traitée différemment, y compris les “gadgets” tels que les pop-ups et les autocollants, et le nom de Hirst est présenté comme s’il s’agissait d’un médicament. Ce livre, qui a reçu de nombreux prix de design, a été le point de départ d’un autre partenariat entre Hirst et Barnbrook, l’ameublement de Pharmacy, un restaurant/café de Notting Hill.

La couverture du livre dédié à Damien Hirst, "I Want to Spend..."
La couverture du livre dédié à Damien Hirst, “I Want To Spend The Rest Of My Life Everywhere, With Everyone, One To One, Always, Forever, Now”
La couverture du livre dédié à Damien Hirst, "I Want To Spend The Rest Of My Life Everywhere, With Everyone, One To One, Always, Forever, Now"
La couverture du livre dédié à Damien Hirst, “I Want To Spend The Rest Of My Life Everywhere, With Everyone, One To One, Always, Forever, Now”

Couvertures d’albums de David Bowie

La collaboration la plus connue de Barnbrook est sans aucun doute son travail avec David Bowie, qui a débuté avec la couverture de l’album Heathen en 2002 et s’est poursuivi avec les deux derniers albums de Bowie, The Next Day et ★ (Black Star). Ce dernier a même remporté un Grammy dans la catégorie Best Recording Package.

La couverture de Heathen
La couverture de Heathen
La couverture de The Next Day
La couverture de The Next Day
La couverture de The Next Day
La couverture de The Next Day

Barnbrook a conçu des polices de caractères spéciales pour les trois albums. Pour The Next Day, il a créé une police faux-moderniste, Doctrine (également utilisée pour le site web du studio). L’image sur la pochette est la couverture d’un ancien album de Bowie (Heroes) avec un rectangle blanc au-dessus, comme une affiche avec une autre affiche collée dessus. Pour Black Star, il a créé une police de caractères comprenant des symboles graphiques liés aux étoiles. Cette police est open source et peut être téléchargée sur le site bowieblackstar.net.

La couverture de Black Star
La couverture de Black Star
Couverture vinyle de Black Star
Couverture vinyle de Black Star

Dans une interview accordée à Creative Review, Barnbrook a déclaré que l’idée de Black Star était née de nombreuses discussions avec Bowie, inspirées par la rencontre du créateur avec l’écrivain William Burroughs 25 ans auparavant. Lors de cette rencontre, ils ont parlé de typographie, et Burroughs lui a dit que les formes des lettres redeviendraient un jour des hiéroglyphes, semblables à ceux utilisés par les anciens Égyptiens.[5]

En 2013, le Victoria and Albert Museum de Londres a consacré une exposition à David Bowie, intitulée David Bowie Is. Barnbrook a conçu le catalogue, et les premières pages contiennent une série de symboles graphiques, chacun inspiré par un moment clé de la carrière de David Bowie.

La couverture du catalogue de l'exposition "David Bowie Is"
La couverture du catalogue de l’exposition “David Bowie Is”
Un extrait du catalogue de l'exposition "David Bowie Is"
Un extrait du catalogue de l’exposition “David Bowie Is”
Un extrait du catalogue de l'exposition "David Bowie Is"
Un extrait du catalogue de l’exposition “David Bowie Is”

La couverture de A Clockwork Orange

En 2014, à l’occasion des 50 ans de la première édition du livre, la maison d’édition britannique Penguin a demandé à Barnbrook de concevoir la couverture de A Clockwork Orange. Entre les mains de Barnbrook, le titre de la couverture a été laissé incomplet, un cercle orange fournissant le mot final.

La couverture de A Clockwork Orange
La couverture de A Clockwork Orange

Musique électronique avec Fragile Self

Ces dernières années, Barnbrook et sa femme Anil Aykan ont travaillé sur un projet de musique électronique intitulé Fragile Self. Le duo accorde autant d’attention aux images qu’à la musique – l’album a nécessité plusieurs années de travail et comprend un tome de 480 pages exposant les détails poétiques de chaque chanson.[6].

Le livre du duo électronique Fragile Self
Le livre du duo électronique Fragile Self
La pochette du disque du duo électronique Fragile Self
La pochette du disque du duo électronique Fragile Self

Concevoir pour un large public

Dans une interview avec le magazine It’s Nice That, Barnbrook a révélé qu’il était fasciné par les très grands projets, comme les Jeux olympiques ou la Coupe du monde, qui sont visibles partout et par tout le monde. Il ne cherche pas à satisfaire son ego – il s’intéresse simplement à l’incroyable pouvoir du design graphique de communiquer à un si grand nombre de personnes. Et lorsqu’un projet de conception graphique, en plus d’être de grande envergure, est également bien réalisé, on a l’impression que personne ne l’a conçu. Comme l’a dit Milton Glaser dans une interview il y a quelque temps, en parlant de son célèbre design “I ♥ NY[7] :

Ce logo a quelque chose d’étrange : c’est comme si personne ne l’avait conçu […] Il ressemble à un étrange artefact historique. Il ne donne pas l’impression d’être quelque chose qui a été conçu. Cela semble si… Je ne sais pas, inéluctable. Probablement que toutes les meilleures choses que l’on fait semblent inévitables.

[1]               D’après une interview sur YouTube, Design Duo 2017

[2]              Rick Poynor, Réputations : Jon Barnbrook, Virus, Eye Magazine, 1994

[3]              Lucy Bourton,  Le design graphique est politique : Jonathan Barnbrook explique comment construire une meilleure industrie.,  It’s Nice That, 2020

[4]              Katrina Schollenberger,  En conversation avec Jonathan Barnbrook, Artefact Magazine, 2015

[5]              Mark Sinclair, Bowie, Barnbrook et la maquette de Blackstar, Creative Review, 2015

[6]              Lucy Bourton,  Le design graphique est politique : Jonathan Barnbrook explique comment construire une meilleure industrie., It’s Nice That, 2020

[7]              Ciro Esposito, Un’intervista a Milton Glaser, Dispenser.Design, 2020

You may also like