Trouver, essayer et acheter des typographies

by

Le choix d’une police de caractères adaptée est déterminant pour la réussite d’un projet graphique. Comme le souligne Tobias Frere-Jones dans le documentaire intitulé « Helvetica« , la typographie s’apparente à un acteur interprétant son rôle. Si l’acteur est peu crédible, la scène sera difficile à croire. De même, si la police utilisée détonne par rapport au message que l’on veut communiquer, l’ensemble du projet en pâtira.

Polices disponibles à la vente et licences d’exploitation

Lorsqu’on parle de typographies, il convient de faire la différence entre les caractères typographiques (la famille) et la fonte (l’une de ses variantes). « Garamond » est un caractère typographique (une famille de fontes), tandis que le « Garamond » gras (« bold« ) est une fonte (variante)[1]. Du point de vue numérique, la fonte est aussi le fichier permettant de visualiser les caractères sur un écran.

Le fichier d’une fonte contient toutes ses informations, qui sont ensuite transmises à l’application qui les utilise. Ces informations concernent la manière de dessiner les glyphes, la taille des lettres (avec les grilles de tailles) et le crénage (l’espacement entre les lettres).

Le fichier de la police de caractères est un véritable logiciel qui nécessite une licence d’exploitation. Lorsqu’on achète une fonte, on reçoit simultanément à la typographie choisie un fichier de texte contenant l’EULA (« End User License Agreement », contrat de licence pour l’utilisateur final). Cette licence stipulant les droits et les interdictions de l’utilisateur est presque toujours disponible sur le site de l’entreprise vendant la police de caractères.

La licence d’une fonte et son coût sont liés à son utilisation (Desktop, Web ou application). Dans le cas de licences web, le prix varie en fonction des visualisations. Pour les licences Desktop, le prix dépend du nombre d’utilisateurs qui installeront le fichier. Généralement, les licences ne prévoient pas la cession à des tiers. Il est possible d’installer la police sur son ordinateur (et éventuellement une copie sur son ordinateur portable), mais pas d’en faire profiter une autre personne. Pour permettre à un autre individu d’utiliser la typographie, il faut posséder une licence multi-installations. Presque toutes les licences de base prévoient 1 à 3 installations.

Aujourd’hui, le format le plus répandu est l’OpenType (.otf). En achetant une fonte, vous obtiendrez très probablement un fichier contenant cette extension. L’OpenType est une évolution et un hybride de deux autres formats très répandus par le passé : TrueType (.ttf) et PostScript (.ps). En acquérant la licence d’une police à utiliser sa page web, on reçoit un fichier .woff (Web Open Font Format) et un fichier CSS avec les instructions permettant de l’associer à la page web.

Où acheter une fonte et à quel prix ?

On trouve généralement deux types de licences :

  • « free for personal use »
  • « commercial use »

Dans le premier cas, les polices de caractères peuvent être utilisées pour des projets personnels, mais pas pour des projets professionnels. Généralement, les fontes sont vendues directement par les entreprises qui les créent ou par des revendeurs, tels que MyFonts, Fonts.com ou encore FontShop (tous trois propriétés de Monotype). Ces dernières années, on a vu arriver des sites tentant d’échapper au monopole de Monotype, comme Village, TypeNetwork et TypeBy, qui revendent des polices de petites fonderies de caractères indépendantes.

Aperçu du site TypeBy
Aperçu du site TypeBy

Une seule fonte coûte généralement entre 30 et 60 euros[2] en moyenne, tandis que le prix d’une famille de caractères dépend de son nombre de caractères. Il faudra débourser 50 dollars pour une fonte « Graphik« , sachant que ses 162 variantes (différents poids et tailles) coûtent 1 500 dollars, auxquels il faut ajouter la licence pour utiliser cette police sur un site Internet ou une application. En général, l’achat simultané d’une licence Desktop et Web donne droit à une remise.

Comment « tester » une police avant de l’acheter ?

Avant d’acheter une typographie, il faut absolument évaluer sa pertinence dans le cadre d’un projet donné. Sur les sites des revendeurs et des différentes fonderies,  il est possible d’analyser un spécimen, c’est-à-dire un échantillon  de la fonte, aujourd’hui disponible sous forme de PDF,  où sont énumérées toutes ses caractéristiques et présentant toutes ses glyphes (reportez-vous par exemple au spécimen de Graphik.) Les spécimens incluent presque toujours une section consacrée aux fonctions OpenType avec, entre autres, des variantes d’un même glyphe et la gestion tabulaire des chiffres (fonction activable depuis le menu Caractères > Options > OpenType).

Extrait du spécimen de Graphik
Extrait du spécimen de Graphik

Outre les spécimens, de nombreuses fonderies  permettent de télécharger des versions d' »essai » des caractères, c’est-à-dire des versions réduites aux glyphes et aux fonctions de base qu’il est possible d’installer sur son ordinateur et d’utiliser dans le projet graphique en cours de développement. On peut également tester des versions plus complètes des polices pour une durée limitée sur Fontstand et SkyFonts.

Fontstand propose aussi de louer des typographies pour quelques mois, ce qui permet une économie conséquente. En effet, pour les projets qui ne durent que quelques mois, la location peut être une excellente solution, sachant qu’il est possible de réactiver la licence à tout moment.

Adobe propose également un service de location lié à l’abonnement Creative Cloud. En se connectant à son espace personnel, on peut installer (grâce à l’application Adobe) toutes les fontes disponibles sur Adobe Fonts. Le type de licence est similaire à la version de base, et inclut aussi bien la version Desktop que web. Pour une utilisation sur Internet, Adobe Fonts fournit un code à renseigner sur la page web.

On peut aussi utiliser des polices gratuites à licences commerciales[3], comme celles de Google Fonts. Les polices de Google sont téléchargeables sur ordinateur ou utilisables directement sur le Web en ajoutant un code, comme avec Adobe Fonts.

Quelques considérations avant d’acheter une police de caractères

Les points suivants sont à prendre en compte lorsqu’on souhaite acheter (ou utiliser) une police de caractères dans le cadre d’un projet :

  • Nombre de variantes (normal, gras et italiques)
  • Présence de petites lettres capitales
  • Ligatures
  • Fonctions OpenType
  • Variantes d’un même glyphe
  • Accents (certaines typographies gratuites ou à bas prix ne proposent pas toujours les lettres accentuées)

Comment retrouver une police à partir d’une image ?

Souvent, on croise une police de caractères qui nous paît, qu’elle soit imprimée ou sur écran, et il nous faut l’identifier avec exactitude pour pouvoir l’utiliser. De nombreux outils permettent d’identifier des fontes, dont WhatFont, disponible en tant qu’application pour iOS et comme extension de navigateur, sur Chrome ou Firefox. MyFonts, Adobe Fonts et FontSquirrel permettent quant à eux de retrouver une police à partir d’une image.

Adobe Fonts intègre cette fonction directement dans Photoshop (découvrez les explications en vidéo) et Adobe Capture (disponible sur iOS et Android).

Les polices de caractères déjà utilisées

Lorsqu’on choisit une typographie, il peut être utile de savoir comment cette police a déjà été utilisée par d’autres. De nombreuses fonderies proposent sur leur site (ou blog) une rubrique montrant leurs caractères en situation réelle.

Typographie "Domaine" en situation sur le site de Klim Type Foundry
Typographie « Domaine » en situation sur le site de Klim Type Foundry
Police "GT Walsheim" sur le blog de Grilli Type
Police « GT Walsheim » sur le blog de Grilli Type

Sur le site Fonts in Use, on peut même voir les typographies en situation dans différents secteurs, comme la musique, la mode, l’agroalimentaire, la finance ou encore la santé.

Fonts in Use met en avant l’utilisation des caractères « Lydia », « Harbour », « Study » et « Walsheim » dans le cadre du projet d’identité visuelle du pub Old Town.

Fonts in Use promeut l’utilisation d' »Egyptienne », « Publica Sans » et « Basic Sans » dans de petits guides linguistiques. Vous avez désormais tous les outils nécessaires pour vous repérer dans l’univers des fontes. Nous vous souhaitons bon courage dans vos recherches !

Liens utiles

4 fonderies offrant souvent des typographies gratuites, de petits prix et/ou l’option paiement libre :

4 fonderies proposant de télécharger des versions de démonstration des polices :

4 fonderies proposant une réduction de 50 % aux étudiants :

Pour une liste plus détaillée des fonderies proposant des réductions aux étudiants, reportez-vous à cet article d’Indra Kupferschmid.

Pour plus d’informations sur les fonderies – leur disponibilité sur Adobe Fonts ou Fonstand, les versions d’essai, les typographies web – découvrez la liste détaillée du designer Matthew Smith.

[1]           Voici un autre article dans lequel nous avons parlé plus en détail de typographies : Réaliser une composition claire destinée à l’impression : la fonte

[2]           Certaines polices sont plus coûteuses. La typographie « Circular » de Lineto coûte environ 160 euros.

[3]           Les caractères disponibles sur Google Font sont distribués sous la licence SIL Open Font License qui en autorise l’utilisation personnelle et commerciale.

You may also like