Les femmes du Bauhaus: les œuvres phénoménales des membres féminines du Bauhaus

by

Fondée en 1919 par l’architecte allemand Walter Gropius, l’école du Bauhaus continue à façonner l’enseignement de l’art et du design depuis sa fermeture en 1933. Les « Bauhäuslers », tel qu’on appelle les anciens de cette prestigieuse école, ont eu une influence considérable sur l’évolution du design et de l’architecture pendant des générations.

Aujourd’hui encore, en entendant parler du Bauhaus, mêmes les moins férus de design associent ce mouvement au modernisme progressiste et au design avant-gardiste de la chaise Wassily de Marcel Breuer, du Modulateur-espace-lumière de László Moholy-Nagy ou du fauteuil Barcelona de Ludwig Mies van der Rohe.

L’histoire du Bauhaus a toujours été avant tout masculine. Mais les hommes n’ont pas été les seuls contributeurs au formidable succès de ce mouvement. En effet, les réalisations de centaines de femmes artistes ont été très largement sous-représentées durant un siècle. Il est donc grand temps de profiter des célébrations de ce centenaire pour mettre en lumière les œuvres et autres contributions de la gent féminine en matière de design.

Après la Première Guerre mondiale, Walter Gropius a donné aux femmes un espace leur permettant d’exprimer toute leur créativité artistique, citant qu’il n’y aurait « aucune différence entre le sexe fort et le beau sexe ». Mais lorsque les femmes ont commencé à s’inscrire à ce programme, elles n’ont pas nécessairement été traitées de la même manière que leurs homologues masculins. Au début des années 20, redoutant une mauvaise réputation de son école, le fondateur du Bauhaus a établi une rigoureuse distinction entre les secteurs traditionnellement masculins et les savoir-faire tels que le tissage et le textile, principalement féminins. Cela n’a pourtant pas empêché les artistes suivantes de changer de secteur !

Marianne Brandt

Parmi les étudiantes ayant rompu avec la tradition, Marianne Brandt a réussi à poursuivre ses études dans l’atelier de métallurgie dominé par la gent masculine. Si cette pratique ne l’a pas rendue célèbre, son génie artistique lui a valu un franc succès commercial. Inspirée par le De Stijl et le constructivisme, Marianne Brandt est à l’origine de conceptions industrielles intemporelles.

Son style simple et sans fioritures s’est imposé aussi bien au Bauhaus qu’au sein du mouvement moderniste. Une fois diplômée, elle a remplacé le directeur artistique László Moholy-Nagy, qui a quitté le Bauhaus en 1928. Aujourd’hui, certains de ses designs sont toujours édités ou reproduits.

Gunta Stölzl

Marianne Brandt n’était pas la seule femme Meister au Bauhaus. En 1927, Gunta Stölzl est devenue la première femme enseignante au département tissage. Née en 1897, Gunta Stölzl a fait ses classes au Bauhaus où elle a étudié le tissage et les textiles. Sa contribution a fait du département textile l’un des plus rentables.

Malgré son succès au travail, son salaire ne lui a jamais permis de vivre confortablement, et elle n’a jamais été titulaire de son poste, ce qui l’a finalement poussée à quitter le Bauhaus. Après sa démission, Gunta Stölzl a réalisé ses rêves en fondant son propre atelier indépendant de tissage à la main en Suisse. Elle a alors tenté de diversifier et d’améliorer la réputation de son savoir-faire, jusque là considéré comme un simple passe-temps et non comme un art à part entière. Elle a notamment contribué à l’entrée de la pratique du tissage aux beaux-arts en présentant des formes abstraites au sein de ses tentures.

Anni Albers

Anni Albers a rejoint le Bauhaus en 1922 en devenant l’une des étudiantes de Gunta Stölzl. Durant ses études, elle a élaboré des techniques de tissage uniques et créé plusieurs matériaux et textiles. Anni Albers est restée au Bauhaus jusqu’à sa fermeture par le parti nazi avant d’aller s’installer en Amérique du Nord avec son mari en 1933. Aux États-Unis, elle est devenue l’une des premières artistes féminines à pouvoir présenter ses œuvres au Museum of Modern Art de New York lors d’une exposition lui étant entièrement consacrée.

Son travail a été largement reconnu lorsqu’elle a commencé à enseigner à la faculté expérimentale Black Mountain College en Caroline du Nord, un établissement directement influencé par le Bauhaus. C’est là qu’elle a travaillé sur la création de tissus pour des entreprises de textile et d’ameublement telles que Knoll et Rosenthal, où ses techniques de design et d’impression ont acquis une grande notoriété. Elle a également reçu de multiples récompenses, ainsi qu’un doctorat honorifique

Alma Siedhoff-Buscher

Alma Siedhoff-Buscher a elle aussi fait partie des femmes qui ont délaissé l’atelier de tissage « féminin » pour la menuiserie « masculine ». Au département Bois du Bauhaus, elle a rencontré le succès principalement en concevant des jouets et du mobilier. C’est avec Erich Brendel qu’elle a créé la chambre d’enfant « Haus am Horn », mais son œuvre la plus connue aujourd’hui reste le « jeu de construction navale pour enfants ». Ce jeu est composé de différentes pièces de bois coloré pouvant être assemblées pour former un bateau ou d’autres objets. Facilement reconnaissable, il
est toujours édité à ce jour.

En voulant révolutionner l’éducation artistique par la suppression de la distinction sociale entre l’art et l’artisanat, le Bauhaus a contribué à l’évolution du design de multiples façons. Les membres féminines du Bauhaus ont marqué un tournant essentiel vers le modernisme du XXe siècle. Elles ont réussi à faire preuve d’avant-gardisme malgré le conservatisme exercé par leurs homologues masculins, particulièrement attachés aux conventions sociales.

You may also like