#Printstories – Fabrizio et ses mystérieuses cravates : une nouvelle approche audacieuse d’un classique du style

by

« Toute partie de la vie est triste, morne, terne, insipide et fatigante, à moins que vous ne l’assaisonniez avec du plaisir, c’est-à-dire avec les épices de la folie. »

Erasmus de Rotterdam, l’Éloge de la folie

Que serait le monde sans une touche de folie ?

Un monde ordinaire, conventionnel, épuisé et ennuyeux.

Et combien de progrès l’humanité aurait-elle fait sans la volonté de prendre des risques, d’expérimenter, de suivre une intuition ou un rêve ?

Pas grand-chose, probablement.

Fabrizio Salani a fait de la recherche de l’inconnu sa marque de fabrique : non seulement en tant que chasseur de livres anciens imprégnés de mythes et de légendes, mais aussi en tant qu’entrepreneur apportant une touche unique et fantaisiste à un classique de la mode masculine.

Deux passions de Fabrizio, les anciens manuscrits et les cravates, s’affrontent dans sa collection de 10 pièces uniques qui réinventent un classique de la garde-robe masculine avec une touche de folie.

Une folie positive, créative et laborieuse.

Une entreprise courageuse et entreprenante, mais avant tout raffinée et conçue dans les moindres détails. Un projet élaboré étape par étape, guidé par une idée claire, qui s’est concrétisé avec le soutien de Pixartprinting.

Nous vous présentons aujourd’hui une histoire imprimée tout à fait unique, que vous aurez envie de lire d’un seul trait.

Une aventure qui nous rappelle que la créativité n’a pas de limites, sauf celles que nous nous imposons à nous-mêmes, et que, sans une inspiration audacieuse, le monde serait un endroit moins gratifiant à explorer et à vivre.

Amusez-vous bien !

The ties designed by Fabrizio Salani

Qui êtes-vous ? Parlez-nous de vous : de vos rêves, de vos aspirations et de vos talents. Un portrait bref mais fidèle !

Permettez-moi de me présenter : je m’appelle Fabrizio Salani, je suis marié depuis 25 ans à ma femme Daniela, et je suis un père fier de Mattia, notre fils de 12 ans. Le 1er mars 1989, j’ai commencé à travailler dans notre magasin familial (ouvert par mon père à Biella en 1967), qui est devenu au fil des années la référence de la ville en matière d’impression numérique, de photocopie, d’impression à la demande et d’autres services pour les bureaux, les graphistes, les entreprises textiles et de nombreux autres professionnels de la région. En mars 2018, j’ai ouvert un deuxième magasin à Loano, en Ligurie. J’ai deux hobbies : la recherche de vieux manuscrits mystérieux et les cravates. C’est la première de ces deux passions qui m’a apporté une renommée internationale lorsque j’ai trouvé la dernière page du seul exemplaire original du Manuscrit de Voynich, le livre le plus mystérieux du monde; c’est une légende qui, lors des pourparlers que l’on me demande de tenir dans toute l’Italie, j’aime le décrire comme la « Joconde » des livres. Durant ces 16 années en tant que « chasseur de trésors » (comme les médias m’ont surnommé), j’ai trouvé la « feuille de Salani », la plus ancienne œuvre imprimée connue de la région de Vérone, le parchemin de la « Vierge au poisson » de Raphaël et bien d’autres chefs-d’œuvre aux airs mystérieux.

Mais, avant de nous parler de votre idée, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que vous avez réalisé avec notre aide ?

Grâce à votre soutien extrêmement professionnel, j’ai pu combiner mes deux passions en créant 10 cravates classiques – ainsi que deux modèles slims – qui présentent des œuvres anciennes et mystérieuses découvertes au fil des années dans les marchés des antiquaires en Italie, en Europe et ailleurs. Les histoires accompagnant les images sont toutes parfaitement authentiques et historiquement remarquables (mais uniquement pour les experts) et maintenant elles seront à la disposition de tous ceux qui veulent se démarquer et prendre des airs de mystère et de culture.  C’est un style à la fois moderne, classique et hors du commun, unique et instantanément reconnaissable, mais jamais ennuyeux ni ordinaire, ce qui le rend parfait pour toutes les occasions.  Grâce à votre expertise, sur laquelle je m’appuie depuis des années, j’ai pu créer non seulement le tissu pour les cravates par le biais de votre impression par sublimation couleur 720 DPI sur du tissu polyester 235 g/m², mais aussi le livret d’illustration en format A5 avec reliure point métallique,  le certificat de garantie et la carte de visite qui accompagne la cravate dans son emballage.

One of the ties of Fabrizio Salani's unique colezioneReprenons depuis le début. D’où vient l’idée de ce projet ? Y a-t-il une histoire particulière derrière tout cela ?

J’ai eu cette idée en lisant un article d’il y a quelques années qui disait que la cravate était obsolète, terminée, étouffante, qu’on n’en voulait plus parce qu’elle était considérée comme dépassée. Je ne pouvais pas accepter cela parce que la cravate est l’objet que l’on remarque en premier dans un costume, elle a toujours été la carte de visite d’un homme ayant de la classe. Une veste et une cravate montrant de petits boutons blancs ternes, sans cravate, on dirait un homme débraillé, avec peu d’attention aux détails. Je me suis demandé pourquoi cet accessoire séculaire n’était plus « à la mode » (seulement en Italie, car dans le reste du monde les ventes sont en constante augmentation) et j’ai trouvé la réponse dans le style de la cravate, qui n’a jamais été actualisé, ce qui est trop ordinaire : soit géométrique, soit de couleur unie, soit présentant des motifs abstraits, ennuyeux et ringards, de style kitsch. J’ai donc décidé d’écrire une « histoire » sur la cravate qui ferait de ce vêtement bien plus qu’une fin en soi, mais lui donnerait aussi un air de culture et de mystère. Mon idée était de faire participer, à travers la culture et le mystère, les gens qui s’interrogent sur les images des cravates. C’est une façon alternative intrigante et stimulante d’entamer une conversation avec des amis, à table, lors de réunions, avec votre partenaire et dans bien d’autres situations de la vie. La curiosité, qui est en chacun de nous, est éveillée par le mystère qui réside dans les images, créant un mélange unique, énigmatique et culturellement innovant. Sur mon site web, https://cncfsalani.wixsite.com/website, et sur le flyer illustré que vous avez imprimé pour moi, chaque cravate est accompagnée d’une explication de l’histoire et du mystère qui se cache derrière la pièce représentée.

Une fois l’idée trouvée, il fallait se fixer un objectif. Quel était le vôtre ?

L’idée n’est peut-être pas bonne, mais c’est la mienne et comme on dit : Si un homme n’est pas prêt à prendre un certain risque pour ses idées, soit ses idées ne sont pas bonnes, soit il n’est pas bon. Si quelqu’un pense que je fais tout cela pour essayer de gagner de l’argent rapidement, il se trompe lourdement. J’ai 54 ans et je suis bien conscient que « tout maintenant » n’est qu’une utopie juvénile basée sur la facilité de réussite de quelques personnes que l’on peut compter sur les doigts d’une main, par rapport aux milliers qui échouent. Le travail acharné, la persévérance, l’expérience, la réussite et l’échec (essentiels pour l’épanouissement personnel), voilà la vie que j’ai toujours menée et que je n’ai pas l’intention de changer. L’objectif final est la fierté personnelle d’avoir réalisé un rêve.

The entrepreneur and hunter of ancient volumes, Fabrizio Salani, wears one of his tiesComment avez-vous concrétisé votre projet ? Quelles ont été les phases de conception et combien y en a-t-il eues ? Parlez-nous du processus qui a donné vie à votre idée et l’a rendue prête à être imprimée.

Au départ, en utilisant les machines de mes magasins, j’ai scanné mes anciens artefacts en haute résolution, puis j’ai utilisé un ordinateur pour recadrer les détails que je voulais imprimer sur les cravates afin d’adapter la forme de la flèche et du nœud, sans déformer les images originales. Le résultat, après (beaucoup) d’essais et d’erreurs, a donné lieu à 10 modèles définitifs. La deuxième phase consistait à tester les tissus les plus adaptés à mon idée, et les vôtres étaient les meilleurs. Je me suis ensuite concentré sur la marque et le style pour m’assurer qu’ils étaient aussi attrayants que possible tout en conservant un air de mystère. J’ai conçu la broche en métal, le flyer illustratif, tous les textes, le certificat de garantie, la carte de visite, le packaging des cravates et le site internet. J’a cherché et essayé différents tailleurs pour faire les cravates,  et des orfèvres pour la broche de marque, jusqu’à ce que j’ai trouvé les bonnes personnes : le tailleur dans la région de Biella et l’orfèvre à Florence. Début février, j’ai produit les 100 premiers exemplaires sur demande.

Comment avez-vous utilisé l’impression à la demande pour produire votre design ? Quels matériaux avez-vous choisis et pourquoi ?

En travaillant à Biella en contact étroit avec certaines des entreprises textiles les plus célèbres du monde, j’ai pu  tester mes images sur différents tissus, de la soie au coton, de l’acrylique au polyester, et la qualité d’impression obtenue sur votre matériel a été supérieure à toutes celles que j’ai essayées. Mon idée étant plus orientée vers le contenu que vers le « contenant », j’ai besoin que les images soient aussi conformes que possible à celles de l’original. L’impression sur soie ne m’offrait pas cette qualité. En outre, comme je l’ai découvert, il est difficile de créer manuellement une cravate sur mesure avec une image qui ne peut pas avoir de déformations, même minimes, car chaque cravate est entièrement cousue, pliée, repassée et finie à la main par le tailleur! L’impression sur coton est trop brute avec une image estampée à chaud, comme un patch (complètement irréalisable), et l’acrylique est trop rugueuse et rigide. Cependant, votre polyester a un effet soyeux subtil, et n’est pas aussi brillant que la soie elle-même, ce qui ne convient pas aux images de pièces qui ont été créées à l’origine sur du papier ou du parchemin. J’aime (comme beaucoup d’autres qui ont pu le voir) utiliser un matériel moderne comme votre impression par sublimation des couleurs en polyester 720 DPI, sur lequel sont imprimées des pièces qui ont entre 200 et 500 ans, et parfois plus, sont absolument uniques. Il y a un mystère inhérent à leur histoire, car elles ne peuvent être reproduites par personne d’autre, sans enfreindre les droits d’auteur de leur propriétaire, à savoir moi-même. N’oubliez pas que toutes les cravates sont signées et numérotées manuellement par mes soins, comme des œuvres d’art, et qu’ils sont finies avec une broche en métal galvanisé d’or et d’émail rouge (créée par Mauro, un orfèvre florentin) portant les initiales de ma marque.

One of the ties of Fabrizio Salani's unique colezione

Passons maintenant aux produits finis ! En l’occurrence, une gamme de cravates indéniablement originales. Quel effet cela fait-il de les tenir enfin dans vos propres mains ?

Quand une idée se concrétise, particulièrement si c’est un travail d’amour,  c’est quelque chose d’excitant, et d’électrisant. Quelle satisfaction : maintenant, je sais que j’ai réussi ! Lorsque vous tenez entre vos mains le produit final, dans lequel vous avez tant investi, non seulement en termes d’argent mais aussi d’études, de recherche et de développement pour trouver le meilleur matériau, les meilleurs artisans (n’importe quel tailleur peut coudre et faire l’ourlet, mais combien peuvent créer une cravate à partir d’une seule bande de tissu ?). Il faut ensuite emballer le produit, car une œuvre d’art a besoin d’un cadre approprié pour la mettre en valeur. Une cravate a besoin d’un emballage qui la mette en valeur ainsi que ce petit plus, d’où l’idée d’ajouter une broche, un détail qui la distingue de la cravate moyenne. Trouver le meilleur artisan pour réaliser le logo de la broche exactement comme je l’avais conçu, en métal galvanisé à l’or, en émail rubis et avec une double fermeture papillon, cela aussi a pris du temps. Le produit fini réel, c’est la récompense de tous les efforts, de tout le travail, même si vous savez que ce n’est que le début de l’aventure. C’est de l’adrénaline pure !

Ce n’est que le début ! Quels autres projets avez-vous planifié pour l’avenir ? Pouvez-vous les partager avec nous ?

Selon moi, le simple fait d’en arriver là est un succès. Si cette idée rencontre un succès auprès du public, je poursuivrai avec une extension de la gamme, en concevant et en produisant des tee-shirts, des polos et des vestes, avec mon idée de tissu, de bas relief, de tissages colorés et de textures estampées à chaud, pour faire ressortir le meilleur des objets anciens et mystérieux que j’ai trouvés jusqu’à présent. En ce qui concerne la promotion de la marque, j’ai commencé à mettre en place des sites permanents, des vitrines avec des cravates dans des entreprises prestigieuses reconnues au niveau national et international pour leur excellence, comme la Pasticceria Canterino de Biella, qui a remporté le prix du « meilleur petit déjeuner en Italie » du prestigieux guide alimentaire « Gambero Rosso » ; d’autres vitrines seront créées dans les halls d’entrée d’hôtels et de casinos célèbres. Dans l’immédiat, il m’a été demandé d’organiser une exposition d’objets anciens que je possède, en exposant chaque cravate à côté de l’objet qui l’a inspirée . Pour couronner le tout, il y aura des panneaux explicatifs et des vidéos sur les différents processus de conception et de production, du prototype au produit fini. Que le spectacle commence – me voilà prêt.

Fabrizio Salani and one of his ties inspired by mystery

You may also like