Le design graphique critique

by

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, c’est ce que dit la sagesse populaire. Même le design ne peut pas plaire à tout le monde. Et Internet ne semble pas être le meilleur endroit pour le présenter, depuis la guerre des twits de Donald Trump. Certains définissent le design graphique critique comme une révolution, ou en tout cas un tournant dans le design, tandis que d’autres s’en moquent de façon sarcastique sur le blog tumblr Critical Graphic Design.

Le design graphique critique décrit cette tendance de plus en plus répandue aujourd’hui comme une méthode de recherche à considérer ou à examiner à travers le design. Les designers graphiques critiques sont des créateurs qui redéfinissent le design et veulent le mettre au défi. Ils repoussent les limites du design graphique contemporain. Le design devient donc une forme unique de critique qui permet de s’intéresser à d’autres thèmes que le design. Les designers graphiques critiques sont ambitieux de présenter ou d’associer dans un produit visuel leurs connaissances politiques, sociales et culturelles.

L’un des exemples de design graphique critique les plus connus est sans aucun doute Metahaven. L’agence, située à Amsterdam, se présente elle-même comme un studio collaboratif de design et de recherche et a une approche très conceptuelle du design graphique. Concrètement, elle aborde les thèmes contemporains et sociopolitiques. Le studio publie souvent ses travaux sous forme d’essais et de livres. Dans son film The Sprawl (Propaganda about Propaganda), Metahaven met en évidence la façon dont les informations narratives sont transmises sur les réseaux sociaux, et les conséquences qui en résultent. Grâce à des superpositions graphiques, le message ne fait plus qu’un avec le film. La stratégie du studio, qui devient un lieu de réflexion, génère des projets d’affiches et d’expositions innovantes qui sont une alternative au branding traditionnel. En cherchant et en s’interrogeant, Metahaven offre une nouvelle mission au design et crée un espace pour la pensée spéculative associée à un produit visuel.

Le mémoire de fin d’études
Sexed Realities – To whom do I owe my body? de Anja Kaiser est un autre exemple de design graphique critique. Dans son travail, Kaiser considère le corps humain comme une surface de projection. Dans une perspective visuelle et théorique, elle se penche sur le féminisme à l’ère des réseaux sociaux et montre les forces sociales qui pèsent sur le corps. Dans sa réflexion théorique, elle montre que le corps sert aujourd’hui de surface de référence pour les réalités d’ordre sexospécifique, influencée par la technologie, la culture et l’économie. Son projet offre au design un regard critique sur les nouveaux médias. Avec Sexed Realities, Kaiser montre comment la société forme le corps. Son projet repose sur plusieurs médias dont une installation vidéo, un site web et une collection de serviettes de toilette.


Le designer graphique néerlandais Ruben Pater
 façonne des histoires visuelles sur des thèmes politiques complexes. Pour cela, il vise à créer de nouvelles relations entre le journalisme et le design. Dans son travail Drone Survival Guide, Pater aborde également les nouvelles technologies et suscite une nouvelle prise de conscience des drones. Son affiche est imprimée sur du papier d’aluminium réfléchissant, la surface réfléchissante n’ayant pas seulement été choisie pour des raisons esthétiques, mais aussi pour le fait que la réflexion perturbe les caméras des drones. Le devant de l’affiche montre les silhouettes de drones largement utilisés dans le monde, représentés à l’échelle, avec leur objectif et leur nationalité respectifs. Sous le slogan 21st century birdwatching, le dos de l’affiche présente en pachtoune et en anglais des méthodes de protection contre les drones, ainsi que d’autres illustrations. Le travail de Pater a aussi inspiré l’artiste Jim Ricks qui est parti en Afghanistan et a fait faire un tapis reprenant le dessin du Drone Survival Guide.

Les expositions internationales comme Forms of Inquiry, organisée par Zak Kyes, à l’époque directeur artistique de l’Architectural Association, ont toujours attiré l’attention sur le travail graphique, riche en concepts. Pour l’exposition, des designers graphiques ont été invités à répondre à différents thèmes conceptuels en s’aidant de leurs travaux graphiques. Ils ont également présenté leurs différents axes de recherche. L’exposition a connu un franc succès et s’est tenue dans plusieurs villes européennes. Une autre exposition d’envergure internationale, plus récente, fut All possible futures, organisée par Jon Sueda. L’exposition tournait autour des conceptrices influentes du design graphique critique, spéculatif. Des projets d’initiative propre et des commandes de travaux offrant une grande autonomie au prestataire ont été présentés. Le mode de travail et le potentiel du design graphique critique ont été mis en lumière. Le livre All possible futures donne un autre regard sur les différentes réalisations. La publication Iaspis Forum on Design and Critical Practice: The Reader, qui a été diffusée en lien avec l’exposition Forms of Inquiry, permet de se faire une idée précise des différents travaux du design graphique critique.


Les exemples montrent que de plus en plus de réalisations graphiques critiques adoptent un style conceptuel ou artistique libre. On peut dire que le design graphique critique magnifie et met en avant la conception en tant que discipline, qu’il crée de nouvelles manières de travailler et de procéder, et qu’il permet de soulever de nouvelles questions. La méthode de travail multidisciplinaire contribue à faire voir le design sous un autre angle. Le design graphique est donc intégré en tant que pratique académique, car son approche multidisciplinaire élargie de différents domaines permet d’acquérir de nouvelles connaissances en termes de conception visuelle. Avec le design graphique critique, la conception visuelle a la chance de créer sa propre forme de critique.

You may also like