Catalogues de produits : présenter et émouvoir (pour vendre)

by

Si l’on devait classer les produits graphiques les plus négligés par les entreprises et les concepteurs, le catalogue de produits se situerait parmi les premiers du classement, voire en première place.

De nombreuses générations de catalogues ont été fondées sur une succession de pages de tableaux, de petites images et de textes techniques, généralement sans volonté particulière d’émouvoir le lecteur.

D’une manière générale, il existe deux catégories d’utilisateurs de catalogues :

  • Ceux qui les feuillettent pour prendre des décisions: le catalogue est alors une sorte de carte qui leur permet de s’orienter avant de procéder à l’achat
  • Ceux qui les consultent pour revendre des produits: le catalogue devient un outil de travail qui doit être facilement compréhensible, pratique à consulter et riche en informations, car il sert avant tout à vendre

Du catalogue traditionnel au « modèle IKEA » : un catalogue pour influencer et émouvoir

Pendant des décennies, sauf quelques exceptions, le catalogue de produits a très bien rempli sa fonction sans en raconter trop, sans se préoccuper des sentiments de l’utilisateur et sans chercher à l’impliquer : son message était clair, et cela suffisait.

Toutefois, quand les entreprises ont commencé à vendre leurs produits directement aux consommateurs sans passer par des intermédiaires (magasins, concessionnaires, revendeurs, etc.), les choses ont peu à peu changé.

L’un des catalogues les plus célèbres au monde est indubitablement celui d’Ikea.

Sa première version remonte à 1951, mais c’est depuis les années soixante qu’il revêt la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, à savoir un recueil de photos représentant des pièces décorées à l’aide du mobilier suédois.

À travers ce catalogue, le consommateur entre dans des maisons décorées par Ikea avec l’impression que ces mises en scène photographiques représentent la réalité. En les observant, il comprend alors l’usage pouvant être fait de ces meubles et les sensations qu’il peut éprouver en les utilisant.

Image du catalogue Ikea 1951. Copyright : Ikea

En un mot, le consommateur est fortement « impliqué » dans le processus d’achat.
Il peut se projeter en train d’utiliser les produits chez lui en dépassant le simple aspect technique de la présentation individuelle de chaque produit.

Source: Catalogue IKEA 2020. lInk: https://onlinecatalogue.ikea.com/US/en/IKEA_Catalogue#/pages/1

Depuis, les catalogues sont de plus en plus soignés et ne cessent de prendre de l’importance.

Dans cet article, nous allons découvrir quelques exemples de catalogues réussis en présentant :

  • leurs caractéristiques
  • leurs bonnes idées
  • leurs choix graphiques

Vous êtes prêts ? C’est parti !

Ameublement et décoration : les catalogues « éditoriaux » de Frau et Vestre

Lorsqu’une entreprise comme Frau travaille sur la conception d’un catalogue, elle doit faire comprendre que les produits présentés sont de haute qualité et qu’ils ont une longue histoire. Elle doit confirmer l’impression générée par la marque auprès des consommateurs.

Vous allez me dire : « Évidemment, après tout, un catalogue est un outil de communication destiné à la clientèle ». Pourtant, n’oublions pas qu’un catalogue n’est pas une brochure ; il ne clame pas la qualité des produits, il doit simplement la confirmer.

Durant le processus d’achat, le catalogue se pose en intermédiaire entre la brochure et la carte bancaire : lorsqu’il a en main le catalogue, le consommateur est davantage disposé à acheter. C’est pour cela qu’on trouve principalement les catalogues directement sur les points de vente.

Frau, une grande marque du « Made In Italy », a donc décidé de faire appel à l’un des meilleurs studios de conception visuelle d’Italie, Studio FM Milano.

Image extraite du catalogue Frau. Copyright : Frau

Comme on peut le voir sur ces images, le catalogue ressemble toujours plus à un magazine : il implique le lecteur, montre toutes les combinaisons possibles de formes, couleurs et tissus des produits Frau, mais surtout il invite à pénétrer dans l’univers des produits de la marque.

Les formes graphiques simples et les photos à l’effet vieilli renvoient à l’époque où les fauteuils ont acquis leurs lettres de noblesse ; le minimalisme graphique est en outre cohérent avec l’excellence d’un produit de design italien.

Les couvertures des différents catalogues de l’entreprise rappellent davantage des produits éditoriaux que des produits commerciaux. Au fond, quel est l’endroit préféré des lecteurs, si ce n’est leur fauteuil ?

Le catalogue remplit également ses fonctions traditionnelles en conservant une approche graphique originale à la fois soignée et facilement compréhensible.

Image extraite du catalogue Frau. Copyright : Frau

Le produit est peu montré, car c’est ce qui l’entoure qui importe vraiment

Dans le secteur de l’ameublement, on trouve également le catalogue Vestre, une entreprise scandinave d’ameublement urbain : dans cet exemple, le minimalisme des symboles et des lignes essentielles épousent des photos en noir et blanc, tandis qu’un soin tout particulier est apporté à la page présentant le nuancier.

La couverture et les pages  d’introduction n’ont rien à envier aux magazines les plus tendance au monde, tandis que le traditionnel sommaire laisse place à des icônes liées à des numéros.

Image extraite du catalogue Vestre. Copyright : Vestre
Image extraite du catalogue Vestre. Copyright : Vestre
Image extraite du catalogue Vestre. Copyright : Vestre

Mode et habillement : les catalogues habiles et audacieux de Desigual et Happy Socks

Les catalogues très colorés et graphiquement plus « osés » se trouvent aisément dans le secteur de la mode et de l’habillement.
Voici par exemple le catalogue Desigual, une marque de vêtements espagnole.

Image extraite du catalogue Desigual. Copyright : Desigual

Le projet graphique de la marque rappelle celui des magazines de mode avec des produits organisés sous forme de grilles dissymétriques.

Image extraite du catalogue Desigual. Copyright : Desigual

On peut ainsi affirmer que plus une entreprise a un positionnement de niche et cherche à être perçue comme une marque pop, colorée et inhabituelle,plus son catalogue est original.

Image extraite du catalogue Happy Socks. Copyright : Happy Socks 
Image extraite du catalogue Happy Socks. Copyright : Happy Socks 
Image extraite du catalogue Happy Socks. Copyright : Happy Socks 

C’est le cas, par exemple, de la marque de chaussettes colorées Happy Socks : le graphisme de son catalogue joue avec les couleurs et les motifs des chaussettes, tout en conservant la cohérence et la lisibilité des pages, avec une description détaillée des produits.

Bien entendu, dans les catalogues d’articles vestimentaires, les photos d’ambiance ne suffisent pas, il faut montrer les articles portés, et donc photographier des gens.

Cosmétiques et esthétique : le catalogue minimaliste de Muji

Nous terminerions ce tour d’horizon avec l’un des catalogues les plus minimalistes au monde, celui des magasins Muji, qui associent esthétique zen et élégance graphique en utilisant au minimum les éléments à disposition : typographie Helvetica, noir et blanc, entrefilets et belles photos.

Image extraite du catalogue Muji. Copyright : Muji

 

Image extraite du catalogue Muji. Copyright : Muji

Ce catalogue fonctionne à merveille : il est informatif et transmet clairement la mission et les valeurs de l’entreprise.

Image extraite du catalogue Muji. Copyright : Muji

Un catalogue de produits peut être beau
Il suffit de trouver l’équilibre entre une conception graphique sachant informer tout en présentant les photos des différents produits. Cet équilibre doit donner vie à un produit qui sache raconter une histoire en plus d’informer, et surtout valoriser et présenter la mission et les valeurs de l’entreprise.

De plus en plus, le catalogue se transforme en outil publicitaire, l’un de ces produits que l’utilisateur ou le consommateur rapporte chez lui pour pouvoir faire son choix au calme. Ikea nous montre que le catalogue peut même devenir une lecture du soir, l’occasion de rêver les yeux ouverts d’une nouvelle maison, et donc d’une nouvelle vie.

Un catalogue moderne doit savoir transmettre des émotions

Le travail du graphiste est d’utiliser au mieux tous les éléments à sa disposition : les photos, les informations, et surtout la charte graphique de l’entreprise en cherchant à élaborer un catalogue qui ne soit plus simplement une liste de produits, mais un vrai magazine qui raconte une histoire.

C’est en relevant ce défi qu’on arrive à créer un catalogue mémorable permettant de doper les ventes !

You may also like