Paris est tellement belle que les voyageurs sont souvent aveuglés par l'éclat de ses hauts lieux touristiques. Mais en creusant un peu, vous découvrirez une autre histoire de la ville. Une histoire façonnée par ceux qui ont placé l'art et la créativité au cœur de leur vie quotidienne. Jeter un œil sur certaines des vitrines parisiennes et à la vie qui se déroule à l'intérieur des boutiques vous permettra de vibrer au rythme intense de la ville.
Librairies des archives

Des chapeaux aux livres

Lorsqu'en 2002 Stefan Perrier rénovait un espace pour ouvrir une librairie, il a découvert l'enseigne d'une ancienne fabrique de chapeaux datant des années 20. "J'ai décidé de la garder et maintenant les gens la prennent en photo au mois 50 fois par jours!" nous raconte-t-il. On prend vite la mesure de la passion de Mr. Perrier pour l'art et le design. "J'ai créé la librairie d'art dont je rêvais lorsque je collectionnais les livres", annonce-t-il fièrement. Fils de deux libraires - " je suis né entouré de livres" -, il a décidé d'ouvrir sa propre boutique de l'autre côté de la rivière par rapport à ses parents. Sa librairie se trouve sur la Rive Droite, dans le Marais, entre le Centre Pompidou et le musée Picasso. L'espace est étroit mais les étagères s'élèvent sur 3,6 m de haut. Elles sont chargées de publications épuisées ou rares traitant de l'art, du design, de la mode et de la bijouterie, côtoyant quelques ouvrages récents sélectionnés avec soin. En 15 ans, il a décroché une renommée internationale, il attire nombre de stylistes, de propriétaires de galeries d'art, de collectionneurs et de passionnés d'art. "Je souhaite partager mes connaissances et mes goûts tout en apprenant de mes clients et en découvrant de nouveaux artistes et designers tous les jours" explique-t-il.
Alain Maître Barbier

L'art du rasage

Le style c'est quelque chose que l'on ressent instinctivement. Et on le ressent lorsque l'on pousse la porte du salon d'Alain, barbier dans le Marais. Cet homme chic a une soixantaine d'années et il est le maître barbier le plus ancien et le plus célèbre de Paris. Au cours des 20 dernières années, ses lames ont adouci les joues et les cous d'hommes de tous les milieux. Il s'agit d'un artiste tellement apprécié qu'il donne même un cours de rasage à tous ceux qui achètent un rasoir chez lui. Son salon est un temple du rasage, car Alain a assemblé un véritable trésor composé d'objets liés à cette pratique : des rasoirs d'un peu partout dans le monde, des outils de rasage de toutes sortes, et même des gravures illustrant les périodes fastes et creuses de sa profession. Il n'est donc pas surprenant de retrouver Alain Maître Barbier, dans la liste des musées insolite de Paris
Galerie d'Art Jacqueline Lemoine
Photo credit Sebastian Erras

Le credo, c'est la couleur.

" Lorsque j'ai vu cet endroit, ce fut le coup de foudre : je savais que c'était là et nul part ailleurs que je voulais m'installer " nous raconte Jacqueline Lemoine, en se remémorant la première fois où elle a vu le lieu qui allait devenir sa galerie d'art sur l’Île Saint Louis, à côté de Notre Dame. C'était en 1981, et Jacqueline cherchait un lieu où exposer les tableaux de son mari, le peintre Nghiem-Phu Hai. La première chose qui attire l’œil dans cet endroit, c'est le lion au-dessus de la porte d'entrée. " Ce "lion d'or" vient d'une tradition du XVIIe siècle qui consistait à indiquer aux voyageurs qu'ici on pouvait dormir et se reposer " explique-t-elle. Une fois à l'intérieur, vous recevez désormais un autre accueil, offert par de superbes couleurs. " Je suis très sensible à la couleur " dit-elle. En dehors des œuvres de son mari, elle expose bien d'autres artistes français, japonais et vietnamiens.
Les Céramiques du Marais
Photo credit Sebastian Erras

La ménagerie de porcelaine

Derrière la façade en bois bleu foncé des Céramiques du Marais, Dorothée passe ses journées avec son tablier et son chien Dharma qui court entre ses pieds. " C'est la mascotte de la boutique, personne ne lui résiste, c'est une excellent vendeuse ! " plaisante Dorothée. Les étagères et les vitrines présentent une foule de petits animaux en céramique, une de ses spécialités. Elle est experte en céramique mais également en terre cuite, en email et en verre. En dehors des animaux, elle expose les œuvres de quelques dix artistes internationaux. " Toutes les pièces sont uniques et originales, vous ne les trouverez nul par ailleurs " dit-elle. Elle est également restauratrice, elle donne une deuxième vie à la porcelaine cassée ou abîmée. Dorothée a ouvert sa boutique en 2011 au sein du Village Saint Paul, un quartier dédié à l'art, aux antiquités et au design. Elle possède déjà une renommée internationale : Scarlett Johansson compte parmi ses clients célèbres.
Huygens
Photo credit Sebastian Erras

Des crèmes à faire soi-même

Toutes les peaux sont différentes, tous les produits cosmétiques devraient être différents. " Tous nos conseils sont personnalisés " explique Daan. Dans la boutique qu'il a ouvert avec Sébastien il y a trois ans dans le Marais, il y a même un petit laboratoire où les clients peuvent concevoir leurs propres mélanges d'extraits de plantes, comme dans les anciennes officines. Peut-être que le chirurgien que vivait à cet endroit en 1600 y avait également son propre laboratoire. Les deux hommes sont passionnés par les vertus médicinales des plantes, ainsi, l'ensemble des produits chez Huygens est naturel. Les habitués adorent leur exfoliant visage et leur eau florale. " Le bien-être est essentiel. Nous y accordons énormément d'importance au travers de nos produits et de nos services " nous indique Daan. Certaines célébrités font confiance à Huygens pour protéger leur beauté. " Nos produits ne peuvent s'acheter qu'ici " dit-il. " Nous sommes une institution que les parisiens adorent. "
Fish La Boissonerie

Boire comme un poisson

Une magnifique mosaïque représentant coquillages et poissons vous accueille à l'entrée de Fish La Boissonerie, un endroit où l'on peut déguster les meilleurs poissons et vins de Paris. En 1905, le lieu abritait une poissonnerie .Lorsque Drew Harré et son associé Juan Sánchez l'ont acheté, ils ont remplacé le "p" par un "b", jouant sur les mots poisson et boisson, créant ainsi La Boissonerie. A son ouverture, en 1999, ils ne servaient pas encore de poisson, il s'agissait d'un bar à vin. Récemment, ils ont transformé l'endroit en un restaurant de gourmets, " avec des plats tout simplement délicieux et une superbe carte des vins reprenant plus de 200 vins français " nous explique Drew. Le nouveau chef, Valentin Casser, veut porter l'amour que porte les propriétaires à la nourriture à un tout autre niveau.
Hotel du Petit Moulin

Un lieu plein de surprises

Vous serez surpris dès que vous apercevrez l'hôtel du Petit Moulin. " Les gens sont parfois éconduits par l'enseigne de la boulangerie, et lorsqu'ils entrent ils sont ébahis " raconte Vanessa Jacquiot, commerciale et directrice marketing de l'hôtel qui a ouvert ses portes en 2005 dans un bâtiment historique du XVIIe siècle qui accueillait autrefois la première boulangerie de Paris. " C'est ici que Victor Hugo venait acheter sa baguette dit-elle." Mais les surprises ne s'arrêtent pas là. " La restauration a préservé les perspectives tordues et le côté labyrinthe de l'endroit, explique Vanessa." L'intérieur a été décoré par le styliste Christian Lacroix qui a créé 16 chambres différentes et une suite junior, chacune racontant sa propre histoire sur le Marais, quartier où est situé l'hôtel. Il n'y a pas deux chambres identiques, de la plus lumineuse et aventureuse (avec son plafond couvert de miroir, à la plus antique et rustique. La salle de petit-déjeuner est un ancien café parisien. " Cette conception théâtrale signifie qu'une surprise vous attend dans chaque coin de l'hôtel, nous dit Vanessa."
Le bonhomme de Bois
Photo credit Sebastian Erras

Des chambres de rêves pour les enfants

Si vous voulez voir la chambre dans laquelle vous auriez rêvé dormir lorsque vous étiez enfant, rendez-vous au Bonhomme de Bois, à côté de la place de la Bastille. Derrière la porte rouge et verte (les couleurs de Noël), un paradis de jouets traditionnels vous attend. " C'est formidable de voir l'émerveillement des enfants quand ils s'arrêtent devant nos vitrines, mais peut-être que c'est moins génial pour les parents lorsqu'ils se font traîner à l'intérieur, plaisante Yann Bilhaud." Ici vous trouverez des jeux qui ne sont pas vendus dans les grandes chaines. Yann aime tout particulièrement le hochet Skwish, un hochet en bois qui ressemble à un atome et que les bébés adorent toucher, manipuler et bien entendu, porter à la bouche.
L’International Records
Photo credit Sebastian Erras

Une victoire pour les vinyles

" Je me souviens d'un concert à la boutique: le groupe était au fond, la boutique était pleine, et il y avait même des gens debout, dehors avec leur parapluie sous la pluie. C'était magique, se souvient Dave Kouliche." Des moments comme celui-ci sont ce qu'il y a de mieux dans son métier. " Je suis fier que ma boutique soit devenue un lieu de rencontre pour les artistes, un lieu où de nombreux projets ont vu le jour." Dave a ouvert sa boutique il y a 4 ans, avec un ami, en collaboration avec le bar L'International, situé juste en face, dans le quartier de Ménilmontant-Oberkampf. Il vend de nombreux disques vinyles, de tous styles - jazz, classique, techno et hip-hop, disco et musique du monde. " Ici, les gens peuvent trouver Led Zeppelin, Michael Jackson ou Daft Punk, mais aussi des plus petits labels et disques auto-produits." L'atmosphère est assurément cool. Pour preuve, un photographe y est récemment entré et a dit qu'il voulait absolument faire un shooting ici. Il a obtenu l'autorisation de le faire et est revenu avec son model : Vincent Cassel.
La Galcante
Photo credit Sebastian Erras

Une machine à remonter le temps en papier

Si on en a parlé dans les journaux entre la fin du XVIIIe et hier, vous retrouverez l'information à La Galcante. Située dans une impasse à côté du Louvre, la boutique est une machine à remonter le temps, qui rassemble 8 millions d'éditions de journaux, magazines, prospectus et catalogues imprimés depuis l'Ancien Régime jusqu'à aujourd'hui. Seulement 10% de ce trésor est visible à la boutique, le reste est stocké dans un entrepôt de 1200m² en dehors de Paris. Malgré ça, la Galcante (contraction de "galerie" et "brocante") est un véritable labyrinthe de papier: un espace immense avec des échelles pour accéder aux étagères et aux tables couvertes de dossiers, le tout baigné d'un parfum de vieux papiers. A son ouverture en 1975, la boutique ne vendait que quelques copies de journaux. Aujourd'hui vous pouvez acheter le journal de votre naissance, ou celui d'un jour historique. Cependant, quelques pièces maîtresses tel que le " J'accuse " d'Emile Zola ne sont pas à vendre.
Clair de Rêve

La fabrique des rêves

Ceux qui fabriquent des marionnettes, des automates, des boites à musiques sont en voie de disparition. Clair de rêve est un endroit comme ça, le dernier du genre à Paris. " Fabriquer des pièces uniques permet à de nombreux artistes de continuer leur activité créative, déclare fièrement Gilles." En entrant dans son petit monde de l’Île Saint Louis, on pénètre dans un monde de rêves d'enfants. Héros et princesses pendent au plafond, leurs fils et ficelles prêts à prendre vie. Un petit carnaval vénitien surgit d'une boite. Un ensemble d'horloges artistiques clique et claque dans un coin. " Les boutiques artisanales montrent le savoir-faire à la française qui est reconnu dans le monde entier, explique Gilles." Il a ouvert sa boutique en 1991 dans un bâtiment du XVIIe siècle et est déterminé à ne pas abandonner. " C'est de la création affective, déclare-t-il."
La Pharmacie
Photo credit Sebastian Erras

Un médicament pour l'âme.

La couleur bleue de la façade est celle qui était réservée aux apothicaires du début du siècle à Paris. A l'intérieur, les magnifiques étagères et présentoirs sont jonchées d'anciens pots médicinaux en céramique. Ils sont aujourd'hui mélangés à des bouteilles de vins, des calices, et autres théières. L'ensemble donne une atmosphère particulière à La Pharmacie, le restaurant dirigé par le chef Christophe Duparay. Parfois, un bon vin et un plat bien préparé sont les meilleurs remèdes pour l'âme, et on retrouve les deux au menu de ce restaurant du quartier de république. " Nous proposons des recettes traditionnelles, faites avec des produits de saison que nous cuisinons dans notre cuisine ouverte, nous explique Christopher. Nous servons des vins de petits producteurs." Des médicaments que l'on prend sans se faire prier.
 
Photo credit Sebastian Erras
Video credit Pablo Apiolazza

Deyrolle
Photo credit Sebastian Erras

Le dernier cabinet de curiosités

Un banc de loutres empaillées observe la vie parisienne depuis les vitrines de Deyrolle, comme si elles venaient d'une autre époque. De fait, la Société de taxidermie et d'entomologie semble être figée au XIXe siècle, à l'âge d'or des naturalistes et des aventuriers. Elle évoque un ancien cabinet de curiosité, un lieu où les merveilles de pays éloignés pouvaient être vues avant l'invention de la télévision et d'internet. Depuis sa création en 1831, la Société d'Histoire Naturelle Deyrolle est une institution pédagogique importante, un lieu d'inspiration pour artistes et collectionneurs. Ses diagrammes éducatifs sur la zoologie et l'anatomie ont été accrochés aux murs de bien des écoles en France. En 2008, Deyrolle a été victime d'un incendie violent qui a détruit près de 90% de sa collection. Une avalanche de soutiens de personnes individuelles et d'entreprises a clairement montré que Paris ne voulait pas que les portes de ce lieu ferment. Un collectif d'artistes a organisé une vente aux enchères pour financer la reconstruction de la collection. Aujourd'hui Deyrolle organise des expositions sur les relations entre l'art et la nature (parmi lesquelles on retrouve des artistes tels que Dalí, Breton, Hirst, ou Huang Yong Ping). Sa publication éducative, Deyrolle pour l'Avenir, permet aux jeunes générations de perpétuer l'amour pour la nature et pour l'environnement.
Au Petit Versailles du Marais

Le palais royal de la pâtisserie

La grandeur française se ressent partout à Paris, y compris dans un lieu aussi simple qu'une boulangerie-pâtisserie. Au Petit Versailles du Marais ressemble beaucoup à un petit palais royal. De part à d'autre de l'entrée, vous êtes accueilli par des fresques agricoles. A l'intérieur, dans le salon de thé et sur les terrasses, vous êtes entouré de miroirs brillants, comme dans la Galerie des Glaces à Versailles. De grands pots en verre et des étagères croulant sous les confiseries et pains frais vous font saliver, notamment grâce à leurs reflets infinis dans les miroirs. Mais n'oubliez pas de lever la tête. La lumière des magnifiques chandeliers de cristal se reflète au plafond recouvert de peintures sous verre. Cette technique de 1835 a été utilisée dans la boulangerie par le peintre et décorateur Charles Anselm en 1860, l'année de son ouverture.
Cine Images

Le Nirvana des Cinéphiles

" Ce qu'il y a de mieux quand on travaille ici, c'est que l'on a toujours la sensation de vendre du rêves aux clients" explique Alexandre Boyer, qui tient la plus anciennes galerie d'Europe consacrée aux affiches et photos de l'histoire du cinéma. " J'adore les films et j'adore les affiches : travailler dans un endroit comme celui-ci c'était un vrai rêve d'enfant, dit-il." La façade bordeaux de la galerie date du début du XIXe siècle, de son ouverture. Cependant, c'est en 1976 que Jean-Louis Capitaine, avec le soutien du réalisateur Louis Malle, s'est consacré à l'univers de la pellicule. " Nous sommes les spécialistes mondiaux du cinéma muet français, dit Alexandre." De nombreux grands noms du cinéma sont devenus de fidèles clients de Ciné Images: Martin Scorsese, Steven Soderbergh, Spike Lee et Nicole Kidman, pour n'en citer que quelques-uns.
Sennelier
Photo credit Sebastian Erras

Instruments pour peintres

Vous cherchez des plumes noires pour peindre à la main ? Des feuilles d'or pour la dorure ? Une grille de composition pour peindre un paysage (un oeil de vieux) ? Une pipette pour projeter de la couleur (soufflé au cul) ? Il y a un endroit où vous pourrez trouver toutes ces choses : Sennelier, une des plus anciennes boutiques de fournitures d'arts plastiques de Paris. En passant la porte verte classique, vous pénétrez dans un temple à l'histoire de l'art et au commerce. L'endroit est rempli d'objet, des pinces fines pour figurines en papier japonais aux boites contenant jusqu'à 125 crayons pastel. La boutique abrite encore ses rayons en chêne d'origine. Gustave Sennelier l'a ouverte en 1887, quai de Voltaire, un quartier vibrant d'artistes à l'époque. Cézanne et Chaim Soutine y achetaient leur peinture à l'huile, Picasso ses pastels à l'huile, des produits souvent fabriqués par Sennelier en personne. Sonia Delaunay y commandait des mélanges de couleurs spéciaux, conditionnés dans des pots de confiture. En 1936, Sennelier a ouvert une autre boutique dans l'ancien quartier en vogue pour les artistes, Montparnasse, et une autre à Denfert Rochereau. Depuis les années 60, les couleurs de Sennelier se sont exportées notamment aux Etats-Unis. " Nous voulons conserver notre tradition artisanale tout en restant dans la course aux innovations, raconte Sophie Sennelier, la gestionnaire actuelle. Notre logo est un homme volant, inspiré d'un homme ayant tenté de voler Quai de Voltaire dans les années 20 : son courage représente l'esprit de notre commerce, dit-elle."
Julien Aurouze and Co
Photo credit Sebastian Erras

Le vrai Ratatouille

Entrez à vos risques et périls si les rats vous font tourner de l’œil. L'endroit est rempli de rongeurs empaillés, à commencer par la rangée macabre de rats pendus à leur pièges à souris dans la vitrine de la boutique. Cette étrange installation existe depuis 1872 et Julien et Cécile, 4ème génération de propriétaires ne veulent rien y changer. " Les médias nous appellent tout le temps pour parler d'animaux dangereux et des milliers de touristes viennent chaque jour prendre la vitrine en photo, dit-il." Spécialisée dans les pesticides et les pièges (notamment un inventé ici-même), la boutique est présente dans le Ratatouille de Pixar. Dans la scène en question, le père du héros rongeur, Rémy, montre la vitrine à son fils en guise d'avertissement pour qu'il se tienne à l'écart des humains. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, jetez un oeil au livre Un rat dans Paris, édité par Aurouze.
Paris Jazz Corner
Photo credit Sebastian Erras

Pas de fausses notes.

Si le jazz était une couleur, ce serait probablement le bleu: la couleur de la concentration, de la tension, avec une touche sombre. C'est peut-être pour ces raisons-là que Paris Jazz Corner, le porte-étendard pour les amoureux du jazz à Paris est peint d'un bleu intense. La boutique se trouve juste en face des arènes de Lutèce, les ruines romaines rive gauche. Des dessins des stars du jazz, et une rangée de vinyles entourant les fenêtres font office de mise en bouche pour les fans en approche. A l'intérieur, le lieu est plein d'anciens et nouveaux disques, CDs, livres et flyers - un monde de musique. Les employés de la boutique proposent des suggestions aux novices et aux connaisseurs. L'ambiance détendue et le site internet remarquable ont fait de cette boutique un must pour la communauté jazz internationale.
Pâtisserie-Boulangerie Boris
Photo credit Sebastian Erras

La Mecque des petits choux

Boris Lumé a repris la boulangerie-confiserie il y a à peine 3 ans, en 2013, mais il est bien conscient de son histoire centenaire. Parmi les magnifiques décorations à l'entrée, on retrouve un dessin du Moulin de la Galette, un ancien moulin à vent, symbole de ce quartier, Montmartre. Le Bal du Moulin de la Galette de Renoir est l'un de tableau les plus connus de l'Impressionnisme, mouvement lancé par des artistes qui peignaient à Montmartre comme dans un atelier à ciel ouvert à la fin du XIXe siècle. Alors que la Patisserie Boulangerie Boris figure sur la liste des monuments historiques français, Boris prépare lui-même de petites œuvres d'art tous les jours. Tout particulièrement ses charmants petits choux, une pâtisserie traditionnellement garnie de crème fouettée. Apparemment, Meryl Streep est devenue amatrice lorsqu'elle a tourné ici une scène de Julie et Julia.
Charvin
Photo credit Sebastian Erras

Des peintures locales pour artistes locaux.

Le visage d'un Paris légendaire, celui où l'on croise des peintres travaillant en plein air, coiffés d'un chapeau de paille devant leur chevalet, existe toujours aujourd'hui. La fabrique de couleur Charvin, la seule à Paris à fabriquer des couleurs pour les artistes, est un exemple vivant des boutiques de beaux-arts du XIXe siècle. " Nous sommes situés dans un lieu unique, sur les quais, dans le quartier d'artistes de Saint-Germain, nous dit Laurence Charvin, fondatrice de la boutique." Les galeries et les expositions sont à deux pas, et Charvin compte une communauté d'artistes parmi ses clients. Ils se rendent à la boutique pour y acheter temperas et aquarelle dans de belles boites en bois, des silhouettes anatomiques articulées pour peindre des formes humaines, des cadres ou encore des palettes. La boutique est également le porte-étendard de la marque Charvin, vendue partout en France.
Parfait Elève de Pouyanne
Photo credit Sebastian Erras

Un docteur pour les vêtements

" Souvent, nous nous occupons des vêtements de baptême puis de mariage de même clients," explique Nathalie, pour illustrer la fidélité des clients de son pressing. Les lettres dorées sur fond noir de l'enseigne de la boutique sont le reflet du prestige qu'elle incarne. L'arrière-grand-père de Nathalie, Louis Pouyanne, a ouvert la boutique en 1903, pour nettoyer et repasser les vêtements des riverains du Boulevard Haussmann, notamment les robes et costumes portés à l'Opéra. Leur travail jouit d'une telle reconnaissance, qu'ils se voient confiés les tenues historiques des musées et expositions. "Quelque soit son âge, un vêtement peut toujours retrouver sa fraîcheur et son éclat", dit Nathalie. La devise de la boutique est " Le docteur des vêtements." L'intérieur est resté identique, avec ses trois grandes tables en bois jonchées de vêtements. Tous les pressings devraient être aussi élégants.
Bastille Optic
Photo credit Sebastian Erras

L'art de voir

Bastille Optic n'est pas une boutique qui passe inaperçue : le jaune ananas de sa façade et le nom écrit à la façon des années 50 attirent immédiatement l’œil. L'intérieur est tout aussi engageant. Des lunettes sympas créées par des designers français (notamment la propre marque de la boutique - Eva La Java) sont à vendre, aux côtés de modèles vintage des quatre coins du monde. Pascale, manager et directrice artistique de Bastille Optic, les collectionne depuis l'ouverture de sa boutique en 1986 dans le quartier Bastille. Elle semble prendre le slogan de la boutique très au sérieux: "des lunettes pour voir plus loin que le bout de son nez." Des photos en grand format sont pendues au mur. " Au cours des 15 dernières années, j'ai accueilli des expositions de portrait des tribus du quartier Bastille: barmans, babysitters, jardiniers, fleuristes, amoureux, ... dit-elle." Bastille Optic organise régulièrement des spectacles de dance. En 2010, Pascale a créé le festival Bastille Quartier Libre, qui permet aux artistes et artisans indépendants du quartiers de se produire. " Après des événements comme ceux-là, les gens viennent vers vous et vous disent : je n'ai pas besoin de nouvelles lunettes tout de suite, mais j'aimerais bien que vous m'en créiez quand même, dit-elle."
Le Bistrot Saint André
Photo credit Sebastian Erras

Bistrot de caractère

S'il y a un symbole du vrai Paris du quotidien, ce sont évidemment ses bistrots, au cœur de la vie de la ville. Le Bistrot Saint André, dans le quartier Latin, est un lieu caractéristique de l'expérience française On peut y déguster une cuisine traditionnelle. Il y a un point commun entre tous les bistrots, il y a toujours un comptoir où l'on peut tout simplement prendre un verre. Mais cet endroit est encore plus parisien que ça: le cinéma. " La proximité du cinéma Saint André des Arts signifie que les réalisateurs choisissent souvent le bistrot pour y prolonger leurs discussions", raconte Bernard Hadid, qui gère aujourd'hui le restaurant fondé par un ami de la famille en 1992. Le restaurant a compté parmi ses convives, l'actrice Monica Bellucci, le musicien Ait Menguelet, le journaliste Jean Lacouture, l'inventeur Roland Moreno et bien d'autres encore.
Les Degrés de Notre Dame
Photo credit Sebastian Erras

Une maison des plaisirs artistiques

Si vous êtes un artiste, c'est l'endroit où vous devez descendre à Paris. Ici l'art est comme chez lui. Cet hôtel est au cœur même de la ville, à proximité de tous ses trésors artistiques. Le bâtiment lui-même date du XVIIe siècle, avec ses architectures et fresques. Entre 1800 et 1900, c'était une maison de plaisirs, un bordel: la réception se situe là où les clients attachaient leurs chevaux, le style de l'endroit est encore visible dans les fresques des salles de bain. Aujourd'hui, les plaisirs sont l'art. Le directeur de l'hôtel, Avijid Gosh a utilisé la réception comme un espace d'exposition et un atelier d'art. Il y vend également des souvenirs d'art. " Les poètes peintres et chanteurs d'opéra apprécient notre accueil, nous dit Avijid. Nous avons des clients réguliers qui viennent régulièrement depuis 25 ans: l'un d'eux vient de me présenter sa fille, qui a aujourd'hui 30 ans, et qui était venue pour la première fois quand elle en avait 5, dit-il."
Cire Trudon
Photo credit Sebastian Erras

Un hommage aux abeilles

Des armoiries avec une ruche, l'emblème de Louis XIV, et la devise Deo Regique Laborant (" Ils travaillent pour Dieu et pour le Roi ") vous accueillent à l'entrée de Cire Trudon. Voilà qui résume la grande tradition de la plus ancienne fabrique de bougies en France. En 1643, le commerçant Claude Trudon s'est installé à Paris et a acheté un magasin où il vendait épices et bougies. Son fils, Jacques, est devenu apothicaire de la Reine Marie-Thérèse à Versailles. En 1737, après que la famille a acheté l'atelier de Cire Royale, il devient fournisseur de la cour de France sous Louis XV, avec plus de 100 employés. Près de deux siècles plus tard, l'entreprise a ouvert une boutique à côté de Saint Germain des Prés, où elle approvisionnait la clientèle religieuse. Aujourd'hui, Cire Trudon fournit ces mêmes clients, ainsi que de nombreuses marques prestigieuses partout dans le monde. Les bougies Cire Trudon ont toujours été connues pour leur magnifique incandescence, produit de leur pureté. La formule de cire est conçue de telle sorte que les bougies ne produisent pas de fumée et de laissent pas de cire dans leur contenant en verre, spécialement fabriqués à la main pour eux en Toscane. Leurs diverses fragrances sont élaborées en partenariat avec des parfumeurs de renom. La boutique est fréquentée à la fois par le clergé, des artistes et des ambassades.
Bistrot Melac
Photo credit Sebastian Erras

Un hommage à Bacchus

Bacchus est dûment célébré au bistrot Melac, représenté sur de nombreuses illustrations et sculptures, notamment dans une niche à la forme d'un tonneau au-dessus de l'entrée. Mais la présence la plus marquée du dieu du vin se retrouve dans les nombreuses bouteilles que l'on peut déguster dans ce restaurant. Le lieu est un bar à vin depuis 75 ans et récemment il est devenu un restaurant fortement ancré en Aveyron, une région viticole du sud de la France. De part sa renommée, vous pourrez y croiser des clients de choix tels que l'ancien maire de Paris, les acteurs Jean Dujardin ou Kevin Spacey. Le Bistrot Melac est également connu pour sa fête des vendanges organisées chaque année devant le restaurant : les vendanges de Charonne, du nom du quartier parisien où le bistrot se trouve.
La Dame Blanche
Photo credit Sebastian Erras

Un havre du classique

" Ce magasin c'est mon bébé: c'est toute ma vie, mon activité à temps plein " dit Régis Page lorsqu'il parle de sa boutique. C'est un bébé assez exigeant en réalité : ici on peut trouver la plus grande collection de disques vinyle de musique classique en France. Régis a patiemment accumulé un trésor de 100 000 albums (stockés à la boutique et dans un entrepôt dans une petite rue à côté), principalement en rachetant des collections privées. Il a commencé en 1987, l'année où il a repris la boutique. Parmi les perles rares qui ont croisé son chemin on retrouve un coffret vendu pour 2000$ : Mozart à Paris, sept disques reprenant l'ensemble de l'oeuvre de Mozart composée en France lors de ses séjours, interprétée exclusivement par des musiciens français en 1956, sous la direction de Fernand Oubradous. Le nom de la boutique ("La Dame Blanche") vient du surnom donnée à la dame d'après laquelle la rue est nommée : rue Sainte Geneviève de la Montaigne, une rue magnifique dans le vibrant Quartier Latin.
Debauve et Gallais

Le temple de la douceur

" Cher ami, je vous recommande de manger régulièrement du chocolat de chez Debauve et Gallais, afin de ne jamais perdre de vue le véritable sens de la vie." Ces mots de Marcel Proust résume ce que l'on ressent lorsque l'on goûte les merveilles du chocolatier. En mai 1800, Sulpice Debauve ouvre la boutique à Saint Germain (à deux pas du Bon Marché et du Café de Flore) avec la plus grande ambition. La façade est surplombée des mots suivants : " Utile dulci ", d'après la devise d'Horace " mélanger la douceur à l'utile ". Après avoir passé la porte, vous vous trouverez face à un comptoir en demi-cercle parfait, semblable à ceux que l'on retrouve dans les pharmacies, l'ancienne profession de Debauve. Conçue par les architecte de Napoléon, il s'agit de la seule chocolaterie figurant parmi les monuments historiques français. Napoléon lui-même vouait un culte à ce temple de la douceur, tout comme Anatole France, Arthur Rimbaud et Coco Chanel, pour n'en citer que quelques-uns. Goûtez les mythiques "pistoles de Marie-Antoinette" créées par Debauve, il s'agit de capsules sucrées faites pour rendre les médicaments que la reine devait prendre plus tolérables. La boutique appartient aujourd'hui à Bernard Poussin, neuvième descendant de la lignée, et à Diane Junique, jeune directrice. Ensemble ils ont fait grandir Debauve & Gallais à l'international en ouvrant des filiales dans plusieurs pays.
La Bonne Franquette
Photo credit Sebastian Erras

L'esprit de Montmartre

Peu de restaurants peuvent se targuer d'avoir été peints par d'illustres artistes : La Bonne Franquette compte parmi ceux-là. Vincent Van Gogh, qui adorait son jardin, l'a peint en 1886 dans La Guingette, aujourd'hui exposée au Musée d'Orsay. Ce restaurant de Montmartre était un lieu de retrouvailles pour certains des grands noms de la peinture du XIXe siècle : Degas, Cézanne, Toulouse-Lautrec, Pisarro, Sisley, Renoir et Monet s'y sont tous arrêtés pour se désaltérer après avoir grimpé la rue des Saules. L'enseigne du restaurant en elle-même est une oeuvre d'art : elle a été réalisée par un artisan, peut-être le dernier, qui peignait de l'or sur du verre. C'est la famille Fracheboud qui est à la tête de ce restaurant (quatre fois centenaire) depuis 1971. Ils essaient d'éviter l'écueil du tourisme dans le quartier et prônent la qualité de leur cuisine et de leur vin, toujours servi en carafe. Cependant, ils essaient malgré tout d'évoquer l'esprit du vieux Montmartre : dans cet endroit unique, vous pouvez apprécier un véritable spectacle de cabaret montmartrois, avec le French cancan !
Norbert Bottier
Photo credit Sebastian Erras

Un parfum de cuir et de colle

" J'ai grandi au milieu des chaussures dans l'atelier de mon père. Et je suis resté fidèle à cette odeur de cuir, de peinture, de colle, de talon et de fil à coudre" dit Norbert. Ce fabriquant de chaussures passionné et dévoué a réussi à trouver un successeur fidèle. En 1981, Norbert se lançait et en 1991, il commençait à vendre des chaussures de luxe. Quelques années plus tard, il commence à fabriquer ses propres créations et est maintenant apprécié pour la qualité de ses chaussures sur-mesures. " Quand j'étais adolescent, je passais des heures à observer mon père à l'ouvrage, sur des machines qui semblaient détenir un secret, se souvient-il." Aujourd'hui, il est le gardien de ce secret.
Ce que nous avons appris.
La beauté de Paris va bien au-delà de ses musées et monuments magnifiques. D'anciennes familles d'artisans et de jeunes designers, des amoureux de la bonne cuisine et des accros à la musique, et même des opticiens et des teinturiers font preuve d'un savoir-faire qui apporte de la créativité à la vie quotidienne. Leurs ateliers, laboratoires et boutiques racontent une autre histoire de la ville. La prochaine fois que vous allez à Paris, prenez le temps de plonger dans leur monde: vous ne le regretterez pas.
License: Creative Commons Attribution No Derivatives 4.0