Le rôle des images dans la conception graphique

Le rôle des images dans la conception graphique

by

Les images font partie de la vie quotidienne.

Ils représentent le monde que nous percevons et se trouvent tout autour de nous : sur les écrans, les murs, les catalogues et les emballages. Cependant, les images sont aussi des « images mentales ». Ce sont des idées, des concepts et des représentations que l’on retrouve dans la photographie, la peinture, l’illustration et le cinéma.

Les images sont des outils de communication très efficaces, qu’elles soient d’objets réels, de personnes ou de lieux, ou plus abstraites. Nous attribuons aux images un pouvoir de communication plus important que celui accordé à d’autres éléments : comme on dit, « une image vaut mille mots ». En conception graphique, les images aident à créer un lien avec le texte et peuvent expliciter les informations présentées dans une mise en page en ajoutant du sens et en évoquant des liens.

Une image en soi, toutefois, ne suffit pas à être significative[1].

Sa signification change en fonction de son contexte et de sa position, autrement dit de la manière dont elle est utilisée. Dans un contexte approprié, même une image abstraite comme un cercle jaune peut faire penser au soleil. En revanche, dans un contexte différent, une photo de vraies personnes peut semer la confusion dans l’esprit du public.

Les différents types d’images

Il existe différents types d’images :

  • Photographies
  • Illustrations
  • Dessins
  • Graphiques

Les graphiques sont des images qui, à l’aide de quelques éléments, tentent de transmettre un concept, comme on le voit dans les icônes et les marques. À la différence des illustrations, les graphiques sont simplifiés au point qu’il ne reste souvent que les formes et les symboles qui décrivent le sujet.

Image tirée du livre Understanding Comics de Scott McCloud
Image tirée du livre Understanding Comics de Scott McCloud

Le choix du type d’image exerce une influence significative sur la communication et la composition graphique. Un type d’image peut être plus adapté pour transmettre un message particulier qu’un autre, comme l’explique le gourou du design graphique Timothy Samara :

Les photographies sont associées à la documentation ou supposées représenter la réalité. Elles sont concrètes, pures, environnementales et fiables.

Les illustrations sont considérées comme « créées » et personnelles, montrant facilement leur méthode de création ; elles évoquent la fantaisie, présentent des situations impossibles ou idéales, et décrivent leur contenu de manière subjective – même si elles sont naturalistes.

Les icônes, les symboles et les traductions distillent et simplifient des idées abstraites compliquées ; ils sont le plus souvent associés à des diagrammes, à la navigation et à l’identification[2].

Les images peuvent également être typographiques, dans la mesure où une police de caractères peut être manipulée pour devenir une image qui transmet un certain message.

Illustration de Bráulio Amado pour un article du New York Times
Illustration de Bráulio Amado pour un article du New York Times

Créer un dialogue entre images et texte : la juxtaposition

L’objectif du créateur graphique est de combiner judicieusement différents styles d’image – en s’appuyant sur les qualités spécifiques de chacun – pour véhiculer correctement un message. Si une seule image peut fournir suffisamment d’informations, la combinaison de deux images (la juxtaposition) augmente le pouvoir communicatif. En juxtaposant deux images, nous pouvons créer un récit et, parfois, changer le sens qu’une seule image aurait eu à elle seule.

Les images et les textes s’influencent mutuellement : le cas des mèmes

Par ailleurs, nous pouvons jouer avec le sens en combinant des images et du texte. Le bon texte peut changer la signification d’une image et vice versa. Les mèmes sur Internet sont un excellent exemple pour montrer comment la signification des images peut être modifiée par du texte ou par la juxtaposition d’une autre image.

La page Facebook Se i quadri potessero parlare (Si les peintures pouvaient parler) en est un exemple. Elle ajoute des légendes spirituelles aux images, modifiant ainsi totalement notre perception de ces images en donnant de nouvelles significations.

Photo de la page Facebook "Si les peintures pouvaient parler"
Photo de la page Facebook « Si les peintures pouvaient parler »

L’appariement des images : créer de nouvelles significations

Si j’utilise une photo en gros plan d’une femme qui se couvre le visage avec sa main, elle prendra des significations différentes selon le texte qui l’accompagne. Si j’ajoute à côté une deuxième image, par exemple celle d’un réveil, elle prendra encore une autre signification.

Photo par Mehrpouya H et Brandi Reed sur Unsplash
Photo par Mehrpouya H et Brandi Reed sur Unsplash

Dans certains cas, l’appariement de deux images peut même créer de nouvelles images, comme dans ce design de Lokesh Parmashali pour Opium (une marque de lunettes).

Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium
Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium
Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium
Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium
Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium
Conception graphique de Lokesh Padmashali pour Opium

Images d’archives : à manipuler avec soin !

La conception graphique combine le texte et les images pour transmettre un message. Nous avons déjà vu comment le positionnement du texte peut orienter le message dans une direction plutôt qu’une autre.

La manière dont une image est utilisée, et son contexte, peuvent donner des significations totalement opposées. C’est le cas des photos d’archives, ces images qui peuvent être achetées (souvent pour quelques livres seulement) auprès de nombreuses banques d’images en ligne. Les photos d’archives sont faciles à obtenir, peu coûteuses et, bien qu’elles soient de plus en plus utilisées par des particuliers, elles sont principalement achetées par des entreprises pour un usage commercial. Les photos d’archives sont utilisées, telles quelles ou retouchées, dans les communications par de nombreuses entreprises dans le cadre de leurs stratégies visuelles.

Afin de vous montrer à quel point il est important d’être judicieux dans le choix de l’image d’archives de vos campagnes de communication, voici un exemple récent.

Jour de fertilité : l’importance de choisir la bonne photo pour une campagne médiatique

Il y a quelques années, le Ministère Italien de la Santé a envoyé une brochure de sensibilisation sur la manière dont les choix de vie affectent la fertilité. La couverture du livret juxtaposait deux images de stock. L’une montrait ce qui semblait être deux jeunes couples blancs s’amusant à la plage : attrayants, souriants et joyeux, ils étaient représentés dans des couleurs vives et naturelles, et formaient un « bon exemple ». L’autre image montrait un groupe de jeunes fumeurs, de cigarettes et de cannabis, racialement mélangés et moins polis, qui a été rendue dans des tons plus fades pour souligner l’idée d’un « mauvais exemple ».

Le message que cette juxtaposition a fait passer n’était pas exactement ce que le Ministère voulait transmettre, en attirant l’attention sur les différences entre les deux images et sur l’ethnicité des personnes figurant sur les deux photos.

Couverture de la brochure sur la Journée de la fertilité
Couverture de la brochure sur la Journée de la fertilité

Ces deux images d’archives, disponibles à l’achat, avaient été achetées et utilisées par d’autres organisations et entreprises dans des contextes très différents et véhiculant des significations tout aussi différentes : voyage, liberté, intégration, travail, plaisir. Toutefois, l’effet des deux images juxtaposées dans la brochure du Ministère de la Santé a fini par occulter le message souhaité (à savoir que l’adoption de modes de vie sains protège la fertilité) et a plutôt suscité une controverse sur les stéréotypes raciaux. Ainsi, en l’occurrence, les conséquences d’une combinaison négligente d’images de stock ont annulé le message visé de la brochure, la rendant (in)connu non pas tant pour son contenu que pour sa forme.

Images d’archives : les pièges à éviter

Souvent, lorsqu’on nous présente une image de stock, nous avons l’impression de quelque chose de factice. Une brochure ou un site rempli d’images d’archives, tirées d’une banque d’images, n’inspire pas confiance. Il est donc important d’éviter les images dans lesquelles les gens sont montrés dans des lieux et des cadres conventionnels, ce qui est souvent le cas des images liées au monde des affaires.

Il est préférable d’utiliser des images où les poses sont plus naturelles et qui n’existent plus depuis longtemps. Afin de faciliter ce choix, il existe le site Tiny Eye, qui surveille et indique combien de fois et où les images ont été utilisées. Lorsque vous choisissez une photo, vous devez également bien cerner le message que vous voulez passer, afin que l’image complète le contenu et ne soit pas seulement un remplissage.

Comment utiliser les images

Les images de stock, créées pour répondre à divers besoins et être vendues au plus grand nombre de clients possible, peuvent cependant aider un graphiste à avoir du punch. Surtout si vous parvenez à les rendre originales. Le recadrage, l’agrandissement, la distorsion, l’ajout des éléments et, généralement, le jeu avec ces images constituent un excellent moyen de créer un design graphique percutant.

Il y a quelque temps, un article du Creative Bloq a énuméré cinq conseils pour utiliser au mieux les images dans la conception éditoriale.

Le premier conseil était de canaliser le message du contenu.

Le type du contenu et le ton de voix peuvent vous guider dans le choix de votre image, qu’il s’agisse d’une photographie ou d’une illustration. La photographie est plus appropriée pour représenter un sujet spécifique auquel le texte fait référence et pour contrôler le ton et l’humour (comme dans la photo ci-dessous).

L’illustration est plus efficace pour communiquer des concepts[3] plus abstraits, ainsi que pour ajouter de la personnalité et de la couleur à un dessin. Dans la conception graphique d’Alexey Brodovitch (directeur artistique de Harper’s Bazaar de 1934 à 1958), les images étaient toujours en parfaite adéquation avec le contenu, à la fois visuellement et en termes de signification. C’est une approche qui continue à influencer le design graphique aujourd’hui, en particulier dans les magazines.

Alcuni progetti grafici di Alexey Brodovitch

Quelques projets graphiques d'Alexey Brodovitch
Quelques projets graphiques d’Alexey Brodovitch

Pour réaliser une bonne conception graphique, il faut organiser tous les éléments en les faisant dialoguer les uns avec les autres. Les éléments que nous mettons en page sont principalement du texte et des images. Tout comme il est important de comprendre les polices de caractères pour en tirer le meilleur parti, il est également important de comprendre les images. C’est pourquoi il est essentiel de déterminer quel est le bon type d’image (photo, illustration, dessin, graphique) qui convient le mieux à votre conception graphique, comment elle se combine avec le contenu et comment elle affecte le message. Pour ce faire, vous devez toujours tenir compte du contexte dans lequel l’image sera utilisée et la mettre en relation avec les autres éléments visuels qui l’entourent.

[1]          Riccardo Falcinelli, Nouvelles iconologies et design visual, Progetto Grafico 23, AIAP, 2013

[2]        Timothy Samara, Design Elements: A Graphic Style Manual, Rockport Publishers, 2007

[3]       L’illustration, par exemple, est largement utilisée par les entreprises numériques qui offrent des services numériques difficiles à représenter avec des photographies.

You may also like