#Prinstories : Les tapis de jeu de David Sheff pour les miniatures et les jeux de rôle

by

« Si vous voulez que quelque chose soit bien fait, faites-le vous-même. »

C’est un dicton que David a suivi à la lettre.

Non seulement créateur et concepteur de jeux, mais aussi fan, il voulait des tapis de jeu qui répondent à ses attentes. Un passionné comme David ne pouvait plus se contenter des tapis habituels que l’on trouve sur le marché ; il voulait quelque chose de plus.

Ainsi, s’appuyant sur les compétences et l’expérience acquises au cours d’une carrière de 30 ans dans l’industrie, David a décidé de créer sa propre entreprise.

Il était rigoureux dans ses exigences esthétiques et fonctionnelles : le tapis de jeu devait avoir la couleur, la taille et la forme qu’il souhaitait. Et Pixartprinting s’est révélé un partenaire fiable pour développer l’idée de David, qui s’est rapidement transformée en réalité imprimée.

Les tapis conçus et imprimés par David ne sont pas destinés à un usage commercial, mais sont simplement le travail d’un grand fan, développé pour satisfaire son incroyable passion pour les jeux. Cela dit, le magnifique résultat final de ces tapis de jeu montre comment le potentiel de l’impression peut être exploité pour créer de nouveaux produits.

Installez-vous et jouez avec David : vous découvrirez un monde d’imagination, de créativité et de plaisir !

Amusez-vous bien !

Qui êtes-vous ? Parlez-nous de vous, de ce que vous faites dans la vie, de vos rêves, de vos aspirations et de vos talents. Un portrait court mais fidèle !

Je suis David Sheff, un concepteur de jouets, sculpteur, inventeur, modéliste, graphiste et réalisateur de vidéos promotionnelles vivant dans le sud-ouest du Royaume-Uni, près de Bath, et j’ai plus de 30 ans d’expérience dans de nombreuses entreprises de jouets parmi les plus importantes au monde. Durant mon enfance, j’étais obnubilé par la miniature, c’est-à-dire cette échelle qui reproduisait parfaitement quelque chose sous une forme plus petite. Je n’ai jamais ébranlé cet amour, et lorsque j’ai eu mes deux fils, Lincoln et Harvey, avec ma charmante épouse Bethan, il ne m’a pas fallu longtemps pour leur transmettre le même enthousiasme pour tout ce qui est petit ! J’aime toutes sortes de jeux, que ce soit des jeux de guerre, des jeux de société ou des jeux vidéo. Les mécanismes de jeu m’intéressent beaucoup et je tiens également à créer des IA pour les jeux.

Avant de nous raconter la genèse de votre idée, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que vous avez réalisé grâce à nos services d’impression ?

J’ai créé de grands tapis de bataille en PVC pour servir de base aux décors et aux figurines de nos jeux de guerre Star Wars Legion, Team Yankee, Warhammer 40K, Dropzone Commander, Frostgrave, Zona Alfa, parmi d’autres. J’ai également conçu quelques tapis de jeu pour des jeux de cartes tels que Fantasy Flight’s Arkham Horror et Death Angel.

Revenons à l’instant où tout a commencé. Quand avez-vous eu l’idée de ce design ? L’avez-vous trouvée par hasard ? Parlez-nous un peu de la façon dont vous avez conçu le design.

J’étais devenu frustré par le manque de tapis de jeu décents sur le marché des jeux de figurines à l’échelle 15 mm, en particulier Team Yankee de Battlefront Miniatures. Le marché est inondé de tapis de jeu à l’échelle 28-32 mm de qualité variable, mais j’avais besoin de quelque chose de moderne (le jeu se déroule dans les années 80) et économique (je ne suis pas riche). J’ai décidé qu’il serait plus facile de le concevoir moi-même en utilisant Adobe Photoshop et de l’imprimer ensuite sur mon imprimante Epson à domicile. Cela s’est avéré d’autant plus frustrant qu’essayer de créer un tapis de bataille de 1800 mm par 1200 mm à partir d’une feuille A4 imprimée séparément et qui avait tout simplement l’air terrible. Un jour, alors que je consultais le site de Pixartprinting pour faire imprimer des étiquettes pour l’entreprise de poterie de Bethan, je me suis rendu compte que je pouvais faire imprimer une bannière en PVC à une fraction du coût d’un tapis de bataille classique (généralement imprimé sur du néoprène), mais que la reproduction de l’image serait bien supérieure dans un matériau très résistant.

Une fois l’idée trouvée, il fallait se fixer un objectif. Que souhaitiez-vous atteindre avec votre idée ?

Je voulais réaliser un tapis qui se range facilement, capable de résister à certains abus et qui offre une excellente reproduction de l’image. Le matériau de la bannière en PVC était parfait pour cela. Du point de vue de la conception, je voulais créer des tapis qui seraient polyvalents et qui pourraient éventuellement être utilisés pour plusieurs systèmes de jeu. De l’idée initiale de Team Yankee, je suis parti à la recherche de lacunes du marché, et comme je fabriquais ces jeux pour moi-même et non pour les vendre, je pouvais m’égarer dans les domaines des droits d’auteur, ce qui m’aurait valu, à juste titre, des ennuis. Je voulais également créer deux tailles de tapis différentes, un petit pour jouer à des jeux rapides sur notre petite table à manger, et des tapis plus grands pour jouer sur la table que nous avons dans notre cabane.

Une fois l’idée du design et l’objectif à atteindre triés, il ne restait plus qu’à le créer ! Comment avez-vous fait ? Quelles ont été les phases de conception et combien y en a-t-il eues ? Parlez-nous du processus qui a donné vie à votre idée et l’a rendue prête à être imprimée.

Au début, j’étais très peu ambitieux car je ne voulais pas passer trop de temps au sein d’un système qui n’avait pas fait ses preuves. J’ai commencé avec un tapis remanié à partir d’un tapis de bataille que j’avais acheté auprès d’un fabricant commercial digitalisé. Le tapis original était à l’échelle de 28 mm, il a donc été redimensionné à 15 mm et a fait l’objet de nombreux travaux de correction colorimétrique et de mélange des éléments dans Photoshop. J’ai ensuite imprimé une ébauche sur des feuilles A4, je l’ai collée et j’ai fait tomber un char et quelques petits soldats dessus pour vérifier que tout allait bien avec l’échelle. Après quelques essais, j’étais satisfait des résultats et le document était prêt pour une impression adéquate !

Quand j’ai vu les réalisations de Pixartprinting, j’ai été inspiré pour créer mes propres designs. Après quelques échanges avec mes fils sur ce que seraient les grands champs de bataille pour lesquels nous devrions nous battre, j’ai utilisé du papier millimétré pour élaborer les premières maquettes. Sur Photoshop, j’utilisais la mise en page scannée comme arrière-plan pour commencer à ajouter des couches de textures que j’avais créées ou trouvées sur Internet. J’ai utilisé de nombreux masquages et d’autres techniques pour obtenir un tapis qui n’avait pas un aspect répétitif au niveau de ses textures et qui ne devait pas être trop discordant dans sa présentation. Je n’aime pas les tapis de bataille trop encombrants et trop détaillés, car en utilisant mes propres modèles physiques, je peux les poser sur le tapis, ce qui lui donne un aspect plus adaptable.

L’un des principaux tapis que je désirais était celui qui représentait les îles de Scarif du film Rogue One : A Star Wars Story. Bethan m’avait acheté des figurines pour le jeu Star Wars Legion de Fantasy Flight pour mon anniversaire et j’ai pensé que ce serait génial de recréer cet environnement. J’avais aussi couru sur ces îles en jouant au jeu vidéo Star Wars Battlefront 2 d’EA, et cela m’a aidé à penser quelles textures seraient utiles. Je me faisais souvent tirer dessus par un Stormtooper de passage alors que je regardais en bas, en étudiant la transition entre le sable et la couverture de feuilles tombées sur les textures du sol !

C’est l’heure d’imprimer ! Comment avez-vous utilisé l’impression à la demande pour produire votre design ? Quels matériaux avez-vous choisis ? Et pourquoi avez-vous opté pour ces matériaux et cette technique d’impression ?

Le choix des matériaux a été facilité par les excellents outils disponibles sur le site de Pixartprinting. J’ai choisi le PVC Extreme Classic 500g/m², coupe rectangulaire, sans accessoires, sans bords renforcés, sans fourreaux, j’ai donné à chaque tapis un nom de travail différent, j’ai choisi une date de livraison et je l’ai simplement ajouté au panier. Après l’avoir payé, je l’ai déposé dans la zone de téléchargement avec mes œuvres d’art, que j’avais déjà mises au format CMJN FOGRA39. J’ai opté pour une résolution de 150 pi car c’est un bon compromis entre la taille du fichier et la qualité de l’image. J’avais des images assez volumineuses à traiter ici, 1802 mm x 1202 mm, de sorte que quelquefois j’étais obligé de réduire ma résolution à 100 pi, mais les résultats étaient quand même parfaits.

Il est maintenant temps de tirer le meilleur parti des produits que vous avez créés. Dans votre cas, l’objectif était de produire des tapis de bataille. Qu’avez-vous ressenti en les voyant finalement imprimés ?

J’ai été émerveillé par les résultats, l’impression était claire, nette et détaillée. Lorsque j’ai eu le premier tapis, j’ai pu calibrer correctement la représentation des couleurs de mes écrans pour qu’elles correspondent à celles que Pixartprinting reproduisait sur le matériau PVC. C’était presque rien, et il a suffi de donner à mes dessins définitifs un dernier coup avec l’outil Shadows de Photoshop, réglé à environ 18%, pour faire ressortir les détails cachés.

Le toucher des tapis est formidable, ils s’aplatissent très facilement après avoir été rangés enroulés, et prennent extraordinairement peu de place par rapport aux énormes et lourds tapis de souris en néoprène disponibles dans le commerce. Un autre avantage génial et invisible est que la surface a tendance à « accrocher » les modèles et les décors qui y sont posés. Ne vous méprenez pas, ces tapis ne sont pas collants, mais ils possèdent un atout qui permet de garder les choses là où vous les avez mises, ce qui est essentiel pendant un jeu, où les choses sont souvent poussées par des mains et des coudes excités !

Ce n’est que le début ! Quels autres projets avez-vous prévus pour l’avenir ? Pouvez-vous nous en parler ?

 J’ai commencé à créer des tapis pour certains des jeux de cartes que nous avons, comme Arkham Horror et Death Angel. La « prise » des tapis se prête parfaitement au maintien de tout ce qui doit être là où il faut, et l’illustration crée une atmosphère formidable pour le jeu. J’ai l’intention d’examiner d’autres jeux de société que nous avons et de voir si je peux en faire quelque chose. J’adore la série de jeux vidéo Fallout et j’ai des jeux de figurines et de société qui ont pour thème ce jeu. Je pense que je vais bientôt faire des tapis sur le thème d’un avenir post-apocalyptique.

You may also like