L’influence contemporaine du Bauhaus

by

L’année 2019 signe le centenaire de la naissance de l’une des institutions les plus importantes en matière de design, d’art et d’architecture : le Bauhaus. Cette école a été fondée en 1919 par l’architecte Walter Gropius dans la ville allemande de Weimar, dans le climat pesant de ressentiments et de troubles suivant la Première Guerre mondiale en Allemagne. Consacré à l’internationalisme et à l’expérimentation, le Bauhaus a souvent souffert des aléas du climat politique, et a même été contraint de déménager deux fois son siège : d’abord à Dessau en 1925, puis à Berlin en 1932, un an avant sa fermeture définitive par le directeur Ludwig Mies van der Rohe à la suite des pressions exercées par le gouvernement nazi.

Bâtiment du Bauhaus à Dessau, conçu par son fondateur, Walter Gropius

Cette école a été créée dans le but de fonder une nouvelle unité consacrée à l’art, à la technologie et au design afin d’élever la qualité fonctionnelle et esthétique de la production de masse, notamment des produits à bas coût. L’idée fondamentale du Bauhaus était que le design, en tant que mouvement conceptuel, touche tous les aspects du quotidien d’un large public, et pas seulement de quelques privilégiés.

Le Bauhaus proposait un programme d’études multidisciplinaire mettant chaque activité sur un pied d’égalité, toutes unies par l’un des principes fondateurs de l’école, à savoir que la forme devait suivre la fonction.

En seulement 14 ans, le Bauhaus a joué un rôle significatif dans l’affirmation du design industriel en tant que discipline, et son influence en matière artistique et architecturale sur le Modernisme est plus qu’évidente. D’un point de vue graphique, il a ouvert la voie à la « Nouvelle Typographie » de Jan Tschichold, sur laquelle est toujours en partie fondée la typographie contemporaine.

Bauhaus : un centenaire qui ravive la curiosité

Aujourd’hui, grâce au centenaire de cette école, on assiste à une redécouverte et à un intérêt croissant pour les réalisations du Bauhaus.

La typographie « Bayer Next »

Un projet intéressant à ce sujet est la nouvelle identité visuelle du Bauhaus-Archiv Museum für Gestaltung de Berlin, réalisée par le graphiste Sascha Lobe et l’équipe du studio L2M3. Fondé en 1960, ce musée avait pour but d’étudier et de préserver l’histoire et l’influence du Bauhaus.

Après avoir passé en revue une grande quantité d’archives, Sascha Lobe a créé une nouvelle police de caractères destinée à l’identité visuelle du musée et directement inspirée de la typographie « Universal », conçue par Herbert Bayer en 1925. Cette nouvelle police d’écriture appelée « Bayer Next » a non seulement pour but de redonner vie au style esthétique du Bauhaus, mais aussi à son esprit et à ses valeurs.

L2M3, variations de « Bayer Next » de 2014 à aujourd’hui. Avec l’aimable autorisation de Sascha Lobe.
L2M3, affiche réalisée pour Bauhaus-Archiv (2014). Avec l’aimable autorisation de Sascha Lobe.
L2M3, affiche réalisée pour Bauhaus-Archiv (2014). Avec l’aimable autorisation de Sascha Lobe.
L2M3, affiche réalisée pour Bauhaus-Archiv (2014). Avec l’aimable autorisation de Sascha Lobe.

Le processus de création de cette police est fondé sur l’expérimentation, la finition et l’itération. En effet, cette typographie compte aujourd’hui 555 glyphes, et ce nombre ne fait qu’augmenter. Pour promouvoir le musée et le travail graphique réalisé, une série d’affiches, d’animations et de mises en page ont été conçues, reprenant à la fois les motifs clés de l’école, tels que les formes géométriques, les couleurs primaires, la trame de demi-teinte, etc., mais intégrant également une réinterprétation contemporaine, dans laquelle la variété de glyphes proposés par la nouvelle typographie joue un rôle fondamental.

Projet Adobe Hidden Treasures Bauhaus Dessau : la renaissance de typographies inachevées

Toujours en matière typographique, la redécouverte de la valeur des cours de typographie du Bauhaus et de ses résultats a été mise en lumière par le célèbre designer Erik Spiekermann. En collaboration avec Adobe, il s’est intéressé aux croquis et aux fragments de lettres dessinées par les étudiants du Bauhaus, restés inachevés après la fermeture soudaine de l’école. Cinq alphabets ont été soigneusement complétés en cohérence avec les designs disponibles et les intentions sous-entendues des croquis, puis numérisés par une équipe internationale d’étudiants dirigée par Spiekerman. Ces typographies, qui font partie du projet Adobe Hidden Treasures Bauhaus Dessau, sont téléchargeables sur le site adobehiddentreasures.com.

Deux des typographies du projet Adobe Hidden Trasures Bauhaus Dessau.

Bauhaus et textile : la magie renaît dans les tapisseries d’Hannah Waldron

En matière de réinterprétations modernes intéressantes des réalisations du Bauhaus, cette fois-ci touchant au textile, il convient de mentionner le travail réalisé par Hannah Waldron. L’artiste et designer a exploré le potentiel expressif du textile à travers des expositions, des projets de recherche et d’enseignement. Hannah Waldron raconte avoir commencé à tisser en 2010, après avoir admiré les splendides tissages des archives du Bauhaus (parmi les plus célèbres, ceux d’Anni Albers, dont la Tate Modern de Londres a récemment consacré une exposition). L’artiste s’est également inspirée de la philosophie et des principes fondateurs de l’école, qui sont manifestes dans sa pratique, en créant de somptueuses tapisseries pouvant être présentées aussi bien individuellement qu’en associations, dialoguant avec des structures de bois dans les salles d’exposition.

Hannah Waldron, « Primary Traveller » (2018). Avec l’aimable autorisation d’Hannah Waldron.
Hannah Waldron, « Sisters ». Avec l’aimable autorisation d’Hannah Waldron.

L’iconographie du Bauhaus : la réinterprétation de célèbres logos par 99design

La redécouverte du Bauhaus se concrétise également dans la réinterprétation d’éléments stylistiques plus reconnaissables du langage graphique de l’école : les formes géométriques simples, les couleurs primaires, les diagonales, etc.. À l’occasion du centenaire de l’institution, 99design a demandé à des designers de renommée internationale de réinventer de célèbres logos dans le style Bauhaus. Le résultat montre une vision simpliste des préceptes graphiques et typographiques du Bauhaus dans une réinterprétation assurément amusante qui synthétise les éléments graphiques correspondant le plus au mouvement Bauhaus dans la mémoire collective.

Si, du point de vue formel, on peut recréer d’intéressantes similitudes dans des projets contemporains, la redécouverte actuelle du Bauhaus repose surtout sur son esprit et ses valeurs. La volonté d’utiliser le design comme un outil d’amélioration du quotidien, l’union de l’art et de la technologie et l’idée de la fonction comme guide principal de définition des formes sont autant de préceptes du Bauhaus qui restent totalement légitimes de nos jours.

You may also like