Conseils pour concevoir des affiches et affichettes efficaces

by

Dans un monde de plus en plus numérique, immatériel et virtuel il peut arriver que certains outils anciens venus d’une autre époque soient toujours aussi puissants et efficaces.

C’est le cas de l’affiche. 

Née il y a des siècles, elle a d’abord été utilisée par les peintres et les artistes avant de passer par une époque dorée durant laquelle elle était la reine indiscutée de la publicité. Elle connaît ces dernières années un véritable retour en force auprès des graphistes et des commanditaires.

Déclinée en petits (affichettes) ou très grands formats (6×3 et panneaux d’affichage), l’affiche qui continue à régner sur nos villes assume désormais son rôle de pur outil publicitaire en assurant la communication de certains secteurs.

L’affiche du nouveau millénaire est un outil d’information et de promotion très puissant : recouvrant les murs de la ville, les affiches s’adressent à tous ceux qui acceptent de s’y attarder quelques instants. Ainsi, elles deviennent peu à peu des outils d’information et sont surtout utilisées dans le cadre de communications liées à des événements culturels ou artistiques, à des festivals, mais sont également prisées par les administrations et certaines institutions, au détriment des entreprises.

Exemple d’affiche avec incrustation créative d’éléments graphiques sur une photo

Elles servent toujours à annoncer en trombe les soldes et les rabais à l’échelle locale, mais elles sont de moins en moins utilisées pour les campagnes publicitaires des grandes entreprises, hors formats spéciaux ou gigantesques.

QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES D’UNE AFFICHE RÉUSSIE ?

L’affiche doit capter l’attention du public tout en jouant des coudes dans des espaces d’affichage souvent encombrés.
Une affiche est réussie lorsqu’elle arrive à attirer l’attention des passants.
Sa conception est équilibrée et les différents éléments qui la composent bien visibles : un bon contraste de couleurs, des formes géométriques et de beaux gros titres. Le format 70×100 cm est suffisamment grand pour qu’on puisse déplacer et hiérarchiser les différents éléments.

Affiche contenant uniquement des éléments graphiques, organisation claire et intelligente des informations

UTILISER UNE IMAGE FORTE

La manière la plus sommaire de concevoir une affiche est de choisir une belle image et d’y superposer du texte et des informations avant de l’envoyer à l’impression.
C’est justement parce que la majorité des affiches et affichettes est conçue à partir de cette équation élémentaire que quiconque parvient à s’en détacher parviendra à un résultat plus visible et original.
La conception d’affiches devrait être l’une des premières étapes lorsqu’il s’agit, par exemple, de la communication visuelle d’un événement : l’affiche est le guide, l’image de référence à partir de laquelle seront déclinés tous les autres supports de communication.

Elle doit être le point de départ de la création d’affichettes, de dépliants et de brochures, de cartes et de cartons d’invitation, et doit guider la communication sur les réseaux sociaux.

Travail simple mais ultra-puissant sur l’image

ORGANISER LES INFORMATIONS

Comme dans chaque projet graphique, les informations sont un élément fondamental : le titre de l’événement doit être bien visible, tout comme les dates et le lieu dans lequel il se déroulera. Il ne faut pas non plus négliger le site Internet et les informations relatives aux contacts. Les caractères doivent être bien lisibles à une distance de 50 cm. Il ne faut pas oublier qu’au-delà d’un certain âge, le public cible aura peut-être des problèmes de vue et déchiffrera difficilement une police d’écriture inférieure à 30 ou 24 points à cette distance.

Beaucoup de texte, mais bien organisé

ORGANISER LES LOGOS

C’est la partie la plus ingrate pour les graphistes. Il s’agit d’ajouter les éléments nécessaires à l’organisation du chaos des logos et des marques, souvent mal conçus et envoyés dans des formats improbables. À mesure que la frustration monte, on a l’impression qu’un beau projet vire au gâchis.

Pour remédier à cet inconvénient, il est toujours bon de :

  • s’informer de la réelle nécessité des logos car, souvent, le nom des institutions et des administrations suffit 
  • utiliser des effets de transparence (ou, dans les logiciels Adobe, utiliser la fonction Multiplier pour reléguer autant que possible le logo à l’arrière-plan), surtout dans le cas des logos mal conçus dont la présence compte plus que les couleurs elles-mêmes 
  • prévoir dès maintenant un espace suffisant pour ajouter d’éventuels logos ou mentions
Exemple d’affiche dont le lettering réalisé à la main interagit avec l’illustration

COMMENT RÉALISER UNE AFFICHETTE, LA PETITE SŒUR DE L’AFFICHE ?

Comment créer une affichette, diminuer le format d’une création (35×50 cm) ou changer ses proportions (formats A3 et A4, 32×48, etc.) ?
Il est important de prendre en compte cette possibilité dès la phase de projet et d’élaborer la création de manière à pouvoir l’utiliser dans ses différents formats.

Une conception minutieuse doit surtout tenir compte de la lisibilité des informations.
Les polices d’écriture doivent être lisibles et le nom de l’événement bien visible pour que l’affichette puisse être placée dans les endroits les plus improbables (en partie basse des vitrines, sur les étagères des magasins, au milieu d’autres affiches, etc.).

Voyons, dans ce court tutoriel, quelles sont les différentes étapes d’élaboration et quels logiciels utiliser.

 1. Image guide

  • Créer une image avec Adobe Photoshop, Adobe Illustrator ou Inkscape.
  • Dans la mesure du possible, l’image et le fond doivent être superposés sur deux niveaux.   

2. Informations et texte

  • Dans un logiciel de mise en page, comme Adobe Indesign, ou de dessin vectoriel, comme Illustrator ou Inkscape, insérer l’image guide et la positionner sur le fond. Texte et informations peuvent être positionnés tout autour ou sur les images, même de manière créative.
  • Le texte ne doit pas nécessairement être placé au premier plan ; il peut aussi interagir avec l’image et sa forme.
  • La lisibilité des polices d’écriture est fondamentale : contrôler les contrastes, les tonalités et la luminosité des zones de texte.
  • Les écritures blanches sont particulièrement recommandées sur les fonds sombres !    

3.  Logos et autres éléments

C’est également durant cette étape que sont insérés les autres éléments graphiques, logos inclus. On peut jouer sur les effets de transparence et de multiplication. Il vaut toujours mieux positionner ces éléments sur différents niveaux pour faciliter les corrections de dernière minute.

4. Fermeture du fichier et préparation de l’épreuve contractuelle

  • Indesign comme Illustrator permettent une parfaite gestion de la création de PDF. Dans le cas d’Indesign, il est important de contrôler les éventuelles erreurs signalées par le logiciel : défaut de quadrichromie ou image basse résolution, problème de police d’écriture, transparence, etc.
  • À ce stade, on peut convertir les polices d’écriture en tracés.
  • Avant toute chose, il faut enregistrer une copie du fichier définitif avec les polices modifiables et en enregistrer une autre avec les polices converties en tracés.
  • À cette étape, en utilisant les paramètres par défaut du PDF (comme ceux de Pixartprinting), on peut créer un fichier et l’envoyer à l’impression.

Il ne reste plus qu’à attendre l’arrivée des affiches et, quelques jours plus tard, l’intervention d’un colleur qui se sera levé à l’aube pour encoller vos œuvres et les mettre à disposition des passants.

Quelle merveille de pouvoir colorer les murs de nos villes avec de si beaux produits visuels ! Voilà l’opportunité que donnent les affiches aux graphistes et aux commanditaires (même si cela ne dure que le temps d’un affichage !).

Travaillez bien!

You may also like