Calligraphy starter kit : le matériel essentiel pour commencer

by

Dans la calligraphie, il y a le plaisir de prendre un moment pour soi, loin de toute technologie, se concentrer sur la plume et tout oublier. Mais il y a aussi cette coquetterie d’utiliser des outils millénaires, des beaux pigments et savourer le grain d’un papier de qualité. Mais que choisir pour commencer ? Pixartprinting vous livre ses conseils pour un calligraphy starter kit de qualité.

1/ Un porte plume

Le porte-plume est sans conteste l’accessoire phare qui nous fait encore plus aimer la calligraphie. Choisissez-le en bois (plastique fortement déconseillé) et oblique ou droit selon votre pratique. Le porte-plume droit est conseillé pour les débutants et l’oblique s’utilise pour certains types d’écriture, notamment l’anglaise qui nécessite un angle prononcé.

2/ Une plume pointue

La plume pointue est utilisée pour l’écriture anglaise dite Copperplate. Elle s’utilise avec un porteplume droit ou coudé et ne possède pas de réservoir, il faut alors la charger régulièrement. Elle possède une pointe qui s’ouvre lorsqu’une pression est exercée, créant ainsi de beaux effets. Différentes marques de bonne facture existent sur le marché : les Hunt (21 et 22), la Niko G, la Brause Rose et la Zebra G.

3/ Une plume biseautée

La plume biseautée est utilisée pour toutes les écritures classiques (sauf l’anglaise Copperplate) comme la Gothique, la Chancelière, l’Onciale… Elle s’utilise avec un porte plume droit et possède un important réservoir au-dessus de la plume. Elles sont généralement numérotées, désignant la largeur du bec de la plume en millimètres. Il existe plusieurs marques, parmi les plus connues la Brause (Bansung), plume professionnelle la plus utilisée, la Speedball reconnaissable par son réservoir jaune en laiton et agréable pour la gestuelle, la très souple Hiro et et enfin la plume Mitchell avec réservoir en laiton qui se place sous la plume.

4/ Un flacon d’encre

Nous ne vous recommandons pas l’encre de Chine qui a tendance à coaguler rapidement dans les réservoirs des plumes. Si cependant vous y tenez, celle de chez Sennelier est de bonne qualité. Autrement les encres colorées (même noires) sont une excellente alternative pour les débutant mais elles vieillissent mal, les couleurs ayant tendances à se délaver au contact des UV. Plus atypique, le broux de noix (teinture pour bois) peut aussi être utilisé. Stable dans le temps et naturel, vous le trouverez en magasins de bricolage. Enfin, l’aquarelle et les gouaches ultra-fines sont également pratiques et bon marché.

5/ Des modèles d’apprentissage

Parce qu’en tant que débutant on se lance rarement à l’improviste, nous avons sélectionné 3 ouvrages pour vous accompagner dans vos premiers mots. Calligraphie de Claude Médiavilla (Editions Imprimerie Nationale), l’ABC du calligraphe de David Harris (Editions Dessain et Tolra) et Bien débuter la calligraphie de Julien Chazal (Editions Eyrolles). Vous y trouverez des notions historiques, des conseils concernant l’utilisation des instruments ainsi que les positions des mains et surtout, des modèles à reproduire.

6/ Du papier

Pour commencer, un bloc Rhodia à petits carreaux fera très bien l’affaire et sera un bon repère pour la taille des lettres (+ 1 pour la version A3 qui permettra de longues lignes d’entrainement). Pour ce qui est des couleurs, la gamme mi-teinte de chez Canson est une référence. Le papier standard photocopie est aussi excellent.

7/ Et autrement ?

N’oubliez pas de vous munir d’une règle ou équerre afin de vous fixer des repères, d’une gomme pour les ratures, d’un crayon à papier, d’un stylo à dessin (Microns) et éventuellement de feutres pinceaux, plus faciles à appréhender au tout début qu’une plume. Munis d’un tel matériel, progression assurée !

You may also like